Le traiteur Marchand incarcéré

Marcel Marchand... (Photo archives)

Agrandir

Marcel Marchand

Photo archives

Partager

(Chicoutimi) Le traiteur Marcel Marchand de Saint-Bruno a été incarcéré, mercredi matin, pour purger une peine de cinq mois de prison pour trois gestes à caractère sexuel sur une employée mineure.

L'homme de 64 ans, sans antécédent judiciaire, a pris le chemin des cellules immédiatement après la lecture des motifs de la sentence.

Son avocat a reçu le mandat d'examiner la possibilité de porter la décision en appel pour lui substituer une peine de prison dans la collectivité.

En  2007 et 2008 sur les lieux de travail, Marcel Marchand a caressé une fois la fesse de l'adolescente et lui a touché un sein deux fois. À chaque occasion, la victime lui a indiqué qu'il n'avait pas le droit de faire cela et de ne pas recommencer.

L'adolescente s'est adressée à la police, en novembre 2008, et le traiteur a été accusé le 17 décembre suivant, puis renvoyé à procès le 2 septembre 2009.

En juin 2012, le traiteur plaide coupable à trois chefs d'agressions sexuelles et les représentations sur détermination de la peine sont faites en octobre. Me Amélie Gilbert de la Couronne a réclamé de trois à cinq mois d'incarcération et s'appuyant sur un rapport présentenciel fort négatif qui conclut à des risques de récidive.  La rédactrice du rapport mentionne que l'accusé nie les faits et sa culpabilité. Il lui déclara avoir plaidé coupable pour des motifs financiers.  Il éprouve de l'hostilité et du mépris pour le système judiciaire et utilise des termes péjoratifs pour parler du Québec et de ses citoyens.  De plus, il dénigre la victime qui, selon lui, a tout inventé.

Le juge Pierre Lortie a rappelé que le Code criminel a été amendé depuis le 1er décembre 2007 pour exclure les peines dans la collectivité dans le cas d'une infraction constituant des sévices graves à la personne. La définition de sévice grave inclut l'agression sexuelle dont s'est reconnu coupable l'accusé.

Par ailleurs, l'entreprise de l'accusé est pratiquement inactive depuis la publication des informations entourant les gestes posés, selon son avocat, Me Sébastien Michaud.

La suite dans la version papier du Quotidien, demain

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer