Sur une roue, juste pour le plaisir

Frédéric Tessier attire le regard de bien des... (Photo Michel Tremblay)

Agrandir

Frédéric Tessier attire le regard de bien des gens du haut de son unicycle.

Photo Michel Tremblay

Partager

(CHICOUTIMI) En autobus, en voiture, à vélo, tous les moyens sont bons pour se déplacer en ville. Mais s'il vous arrive de croiser Frédéric Tessier, ne faites pas le saut. Il suscite beaucoup d'intérêt et de commentaires positifs. Rarement, il se fait regarder de travers. Il se promène été comme hiver sur son unicycle dans les rues de Chicoutimi. Il le fait pour le simple plaisir.

Depuis maintenant trois ans, cet ébéniste artisanal de 37 ans s'est découvert une nouvelle passion ou du moins un loisir qu'il apprécie.

« C'est ma troisième année en unicycle, dont mon deuxième hiver. L'an dernier, je me suis dit que je n'étais pas obligé de serrer mon unicycle pour la période hivernale, que ça devait bien se faire même dans la neige. Comme les choses ont bien fonctionné, j'ai décidé de répéter l'expérience cette année «, explique-t-il lors d'un entretien.

Il va sans dire que Frédéric n'utilise pas son véhicule de déplacement tous les jours. Il doit le faire lorsque les trottoirs de la ville sont bien nettoyés et évite le plus possible de se retrouver dans la rue. Cet hiver, il en était à sa cinquième sortie.

« Ce n'est pas trop difficile. Sur des trottoirs bien nettoyés, ça roule bien. Mais je ne peux le faire dans la neige. Malgré tout, j'aime bien rouler l'hiver. C'est agréable. Le temps n'est pas trop difficile à subir. En fait, contrairement au vélo, je ne peux pas arrêter de pédaler en unicycle afin de conserver mon équilibre. Donc je me dépense beaucoup et le corps se réchauffe assez rapidement. Aujourd'hui (dimanche), c'était une belle journée pour rouler. Je l'ai fait pendant deux heures, uniquement pour le plaisir et pour m'aérer l'esprit. «

Mais celui qui pourrait ressembler à un artiste du cirque bien assis à un mètre du sol ne passe pas inaperçu.

« Les gens sont très surpris lorsqu'ils me croisent sur la rue. Certains sortent leur téléphone et me filment durant que je roule sur le trottoir. Plusieurs lèvent leur pouce en ma direction, mais je n'ai pas vu encore un automobiliste m'engueuler. Mais comme je le dis, j'évite les rues et par le fait même d'être dans la circulation «, raconte Frédéric.

Apprendre

Si embarquer sur un vélo et apprendre à pédaler se fait à un âge relativement jeune, la pratique de l'unicycle n'est pas aussi facile, mais n'est pas non plus très compliquée. Il faut de la volonté.

« Il faut apprendre à embarquer dessus en premier et ensuite il faut apprendre à rouler. Ce n'est pas trop compliqué. Ça prend un peu de temps et de la volonté. Et ensuite, on peut s'amuser «, indique-t-il.

L'hiver, Frédéric Tessier se promène sur son unicycle avec une roue de 36 pouces (un mètre). Dans les sentiers, il utilise plus une roue de 26 pouces (63 centimètres).

« Ma plus grande roue est impressionnante. Je suis élevé là-dessus, mais ça me permet d'aller plus vite et c'est ce que je recherche. Mais c'est aussi plus facile l'hiver.

« Quant aux chutes, il m'est arrivé de tomber, mais je ne me suis jamais blessé «, conclut-il.

Sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer