Un couple de Français

Freinés par des détails administratifs

Chirstian Gérard, Jérôme et Martine Marie sont découragés... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

Chirstian Gérard, Jérôme et Martine Marie sont découragés des embûches qu'ils rencontrent après avoir investi 1,7 m$ dans Aventure Maria-Chapdelaine.

(Photo Louis Potvin)

Partager

Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-STANISLAS) Un couple de retraités français sont venus s'installer à Saint-Stanislas et ont investi 1,7 M$ dans une pourvoirie, mais doivent composer avec des tracasseries administratives qui compliquent l'ouverture d'un relais de motoneige.

«Avoir su que c'était si compliqué de faire des affaires au Québec, je ne me serais jamais lancé dans cette galère», lance le passionné de chasse, Christian Gérard. Il a acheté en avril la pourvoirie de Romuald Rousseau à Saint-Stanislas.

L'homme d'affaires, sa femme Martine Marie et leur fils Jérôme se barrent les pieds dans les embûches depuis leur arrivée. On leur refuse de leur délivrer un permis de boisson pour leur restaurant et relais de motoneige parce qu'ils n'ont pas la citoyenneté canadienne, même s'ils ont obtenu le droit de devenir propriétaire d'une entreprise.

«Alors que nous investissons 1,7 M$, on ne nous pose pas de question et on nous accepte volontiers. Quand arrive le temps d'obtenir des permis, tout se complique, c'est incroyable. Pourquoi ne pas nous avoir avisé auparavant?», se questionne-t-il.

Le couple relate qu'une institution bancaire leur refuse de leur fournir un terminal pour carte de crédit et débit (PDV). De plus, il est impossible d'immatriculer une voiture neuve parce qu'ils ne sont pas canadiens. C'est avec ce genre de problématique que doivent composer les promoteurs depuis quelques mois. Ils commencent à être sérieusement découragés.

Le maire de la localité, Mario Biron, qui ne pensait pas voir un si important investissement dans sa localité de 340 habitants, est renversé par la situation. «C'est souvent compliqué avec les fonctionnaires, mais dans ce cas, c'est incompréhensible. Vous en connaissez beaucoup des immigrants qui viennent investir près de 2 M$ au Québec? On a une belle façon de les accueillir! En plus, c'est de l'argent neuf qui provient de l'étranger. Pour la localité, c'est inestimable comme retombées économiques», déplore-t-il.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer