Nombreux cas de grippe à l'hôpital de Jonquière

Hôpital de Jonquière... (Photo archives)

Agrandir

Hôpital de Jonquière

Photo archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) «Les lits de l'urgence sont occupés à 180%, nous sommes presque le même personnel qu'à l'habitude, et la direction générale nous dit qu'elle ne peut rien faire. La pratique est devenue légèrement dangereuse quand on sait que le personnel doit répondre à deux fois plus de patients qu'à l'habitude», lance un membre du personnel de l'hôpital de Jonquière, exténué par la surcharge.

L'employé a contacté hier Le Quotidien pour dénoncer une situation qui perdure depuis trois semaines et qui a atteint son point culminant pendant la période des Fêtes. «On n'a même pas le temps de manger tellement on est occupés. On ne peut pas laisser les gens de côté, on parle de vies humaines», explique la personne qui a demandé à garder l'anonymat pour éviter des représailles de l'employeur.

Hier, les lits de l'urgence de l'hôpital de Jonquière étaient occupés presque au double de leur capacité. «Officiellement, dans les logiciels, on a 168% de nos civières occupées, mais avec le nombre de civières estimées, on est à 180%, ajoute-t-elle. On ne peut même pas monter les personnes aux étages pour les hospitalisations, on doit corder les civières dans les corridors. Il n'y a même plus de tests nasaux disponibles pour diagnostiquer l'influenza, les médecins doivent y aller aux symptômes. La direction générale dit qu'elle ne peut rien faire malgré les demandes répétées depuis trois semaines.»

Situation difficile

Le directeur général du CSSS de Jonquière, Régis Harvey, ne nie pas la situation rapportée par l'employé. «C'est une situation réelle, le nombre de cas présentant des symptômes du rhume et de la grippe est très élevé, et la situation est difficile pour tous, surtout pendant les congés fériés, explique M. Harvey. On fait ce que l'on peut, mais on ne peut pas engager du monde aussi rapidement.»

Il mentionne que deux coordonnatrices ont été appelées en renfort de la seule coordonnatrice habituellement en poste pour gérer l'hôpital pendant les périodes de congé. «Nous sommes très conscients de la situation, la directrice de garde est allée sur place et nous savons que notre personnel est fatigué, ajoute-t-il. Ce sont des situations qui arrivent quelques fois par année.» Un département supplémentaire devait être ouvert en fin de journée, ce qui faisait espérer au directeur général que la situation se rétablirait progressivement.

M. Harvey indique par ailleurs que l'éclosion d'influenza qui s'est produite à l'hôpital de Jonquière et au CHSLD Georges-Hébert la semaine dernière est maintenant contrôlée.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Affluence record aux urgences du CHUS

    Sherbrooke

    Affluence record aux urgences du CHUS

    Les salles d'urgence du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) sont littéralement prises d'assaut par des gens malades de la grippe... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer