Jean Tremblay a bien ri

Le maire Jean Tremblay... (Photo archives)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay

Photo archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Le maire Jean Tremblay a bien apprécié le sketch qui le tournait en dérision dans le Bye bye 2012, mais rejette les accusations sous-entendues de racisme à son endroit.

«C'était bien fait, elle [Véronique Cloutier] avait très bien l'accent de la région, elle l'avait même plus que moi!» lance en riant le premier magistrat. Il a trouvé «un peu exagérés» certains passages du sketch qui le dépeignaient comme un orthodoxe religieux, raciste et homophobe. «C'est sûr que ça reste de la caricature, ajoute-t-il. J'en ai beaucoup entendu parler dans les derniers jours, les gens trouvent ça sympathique.»

Le sketch présenté au milieu de l'émission écoutée par quelque 3,5 millions de Québécois met en scène le maire qui rencontre de nouveaux immigrants arrivés à Saguenay dans la salle du conseil municipal. «Bonjour là là, vous êtes bienvenus à Saguenay, mais vous n'êtes pas obligés de rester, vous êtes bienvenus ailleurs aussi là!», lance Véronique Cloutier, imitant Jean Tremblay. La courte mise en scène aborde plusieurs thèmes qui ont amené le maire de Saguenay à faire les manchettes nationales: le dossier de la prière au conseil municipal, sa profonde ferveur religieuse, les propos controversés qu'il a tenus envers la candidate péquiste Djemila Benhabib et son projet voulant faire surplomber les lettres de Saguenay sur une montagne de La Baie, à la manière d'Hollywood.

Immigrants bienvenus

Le maire précise cependant qu'il n'est raciste, contrairement à ce que le sketch laisse entendre. «Je ne suis pas raciste, je ne veux juste pas qu'un immigrant impose sa culture quand il arrive ici, explique M. Tremblay. Pour le reste, on en veut des immigrants, ça enrichit une société.»

Il ajoute qu'il n'a pas vraiment aimé voir les acteurs du Bye bye 2012 le faire sacrer. «C'est quelque chose que je n'aime pas, de façon générale, dans l'humour québécois, mentionne le premier magistrat. On n'est pas obligé de sacrer, ça n'ajoute rien, et je ne dis pas ça juste parce que je suis catholique.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer