Les faits marquants de 2012

Sans grande surprise, la grande industrie et les soubresauts des marchés du... (Archives Gimmy Desbiens)

Agrandir

Archives Gimmy Desbiens

Partager

Isabelle Labrie
Le Quotidien

(Chicoutimi) Sans grande surprise, la grande industrie et les soubresauts des marchés du bois et de l'aluminium ont grandement marqué l'actualité régionale en 2012. Mais d'autres nouvelles ont également fait parler au cours de l'année qui se termine aujourd'hui. Voici un bref palmarès, non exhaustif, de 10 événements qui demeureront sans doute gravés dans la mémoire régionale.

-Dès les premières heures de la nouvelle année, Rio Tinto Alcan a déclenché un lock-out à l'aluminerie Alma, mettant ainsi à pied 770 travailleurs. Le conflit, qui a duré plus de six mois et a fait couler beaucoup d'encre, s'est soldé par l'acceptation, le 5 juillet, d'un contrat de travail valide jusqu'au 31 décembre 2015. La fin de l'année a quant à elle été marquée par l'acceptation par les membres du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA) d'une prolongation de deux ans de leur convention collective jusqu'au 31 décembre 2018. L'entente vise la prolongation des conventions collectives pour les unités (horaire et bureau) du Complexe Jonquière, du Centre de recherche et de développement Arvida, de l'Usine Laterrière (horaire bureau), de l'Usine de traitement de la brasque (UTB) et de Roberval Saguenay section Lac-Saint-Jean.

-Trois ans après avoir cessé ses activités, la papeterie de Dolbeau-Mistassini de Produits forestiers Résolu a rouvert ses portes en août, redonnant de l'emploi à 135 travailleurs et insufflant une bonne dose d'énergie dans une économie durement touchée par la crise forestière. La compagnie a investi environ 20 millions $ pour préparer les équipements de la papeterie et de la centrale thermique.

-Le 11 avril, c'est un véritable coup de massue qui s'est abattu sur les 157 travailleurs de l'usine Novelis de la rue Fay de Jonquière, alors que la direction a annoncé la fermeture définitive de ces installations pour le 1er août. L'excédent de la capacité de laminage, l'éloignement des marchés et le coût du métal ont été invoqués pour expliquer la fermeture inattendue de cette ancienne usine d'Alcan, qui avait d'abord été achetée par un conglomérat financier américain, puis acquis par le géant indien Hindalco, en 2007.

-Lors des élections provinciales du 4 septembre, le Parti québécois a balayé tout le Saguenay-Lac-Saint-Jean en faisant élire des députés dans les cinq circonscriptions régionales, soit Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean), Stéphane Bédard (Chicoutimi), Sylvain Gaudreault (Jonquière), Denis Trottier (Roberval) de même que Jean-Marie Claveau (Dubuc), qui a détrôné le ministre libéral Serge Simard. La première ministre Pauline Marois a récompensé le fief souverainiste en nommant, en provenance de la région, trois ministres chargés d'importantes responsabilités et un adjoint parlementaire affecté exclusivement au dossier de la forêt.

-La crise des étudiants qui dénonçaient la hausse des frais de scolarité n'a certes pas atteint le même niveau que dans les grands centres, mais elle a tout de même été vécue au printemps dans la région. À l'Université du Québec à Chicoutimi, plusieurs manifestations ont eu lieu, dont celle du 29 mars qui s'est notamment soldée par l'arrestation d'une quinzaine de personnes. Au Collège d'Alma, des saccages et des actes de vandalisme avaient empêché la réouverture obtenue par injonction. Au Cégep de Saint-Félicien, la grève a duré huit semaines et a pris fin le 30 avril.

-Tout au long de l'automne, des opposants ont tenu des manifestations pour dénoncer le projet de minicentrale hydroélectrique à Val-Jalbert. Malgré la controverse qu'il soulève, le projet ira de l'avant, et rapidement, a confirmé récemment la première ministre Pauline Marois.

-Depuis la fin de juin, à la suite d'un processus d'appels d'offres lancé par la Ville de Saguenay, les Saguenéens de Chicoutimi comptent sur de nouveaux gestionnaires. C'est le groupe formé de Laval Ménard, Pierre-Marc Bouchard, Martin Lavoie et Alain Deschênes qui a remporté la mise, grâce à une soumission de 352 692,72$, loin devant les autres. Le groupe est arrivé en poste après un règne de 12 ans de Michel Boivin, Guy Carbonneau, Pierre Cardinal, Marc Desforges et Gaby Asselin.

-En août, alors qu'il avait affirmé qu'il ne souhaitait pas se mêler de la campagne électorale provinciale, le maire de Saguenay Jean Tremblay s'est fait remarquer en tenant des propos controversés au sujet des origines algériennes de la candidate péquiste dans Trois-Rivières, Djemila Benhabib, et son projet de Charte de la laïcité. Son idée d'ériger le mot Saguenay sur la paroi rocheuse de La Baie, plus précisément sur la rive opposée au quai des croisières, à l'image de ce qui se fait à Hollywood, a également suscité de vives réactions.

-Le 21 mars, un embâcle qui a cédé sur la rivière aux Saumons a causé des dommages importants sur le site du Zoo sauvage de Saint-Félicien. Tout le secteur dédié aux enfants a été complètement ravagé et 22 animaux sont décédés. Après quelques mois de travail, les lieux ont pu être rouverts au public.

-La quatrième édition du Grand défi Pierre Lavoie, qui a eu lieu du 15 au 17 juin, a une fois de plus été couronnée de succès, malgré un parcours difficile. Les 194 équipes ont rallié le fil d'arrivée à Montréal. En 2013, l'événement prendra encore plus d'ampleur, avec l'ajout d'une boucle de 150 kilomètres qui sera ouverte à tous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer