Mort suspecte

Triste histoire d'intoxication

Il se pourrait qu'aucune accusation ne soit portée contre le jeune femme de... (Archives)

Agrandir

Archives

Partager

Sur le même thème

(Jonquière) Il se pourrait qu'aucune accusation ne soit portée contre le jeune femme de Jonquière soupçonnée d'avoir administré une dose mortelle de drogue à sa copine.

Selon les informations obtenues, celle qui était considérée comme suspecte dans cette malheureuse histoire, survenue dans la nuit du 24 au 25 décembre, aurait été intoxiquée au point de ne pas se rendre compte de ce qui se passait.

La jeune femme aurait été remise en liberté et dirigée vers une maison de désintoxication. Elle ne devrait pas comparaître au palais de justice et il est fort probable qu'aucune accusation ne soit retenue contre elle.

«Tout ce que je sais, c'est qu'elle a communiqué avec nos bureaux au cours des dernières heures. Il n'y a pas encore d'accusations déposées contre elle, car le dossier est toujours sous enquête», a indiqué Me Charles Cantin, lors d'un entretien avec Le Quotidien.

Mais selon les commentaires qui circulent dans le milieu, les deux jeunes femmes auraient décidé de célébrer le temps des Fêtes en consommant des stupéfiants, possiblement de la cocaïne ou de la morphine et que les choses ne se sont pas terminées comme prévu.

Il appert que les enquêteurs n'ont pas été en mesure d'interroger la présumée suspecte en raison de son état d'intoxication très avancée. Cela pourrait signifier qu'il serait difficile de porter des accusations d'homicide involontaire et de négligence criminelle causant la mort dans les circonstances.

Malgré tout, la femme du début de la vingtaine n'en a pas fini avec la justice. Elle possède des antécédents judiciaires et se trouve en attente de procès dans une autre histoire.

Il n'a pas été possible d'obtenir de détails de la part de la Sécurité publique de Saguenay, car les enquêteurs mènent toujours leurs recherches afin d'éclaircir ce dossier et d'établir ce qui a pu se produire.

Une autopsie doit être pratiquée dans les jours à venir à l'Institut médico-légal de Montréal afin de connaître les causes exactes du décès.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer