Toujours aussi féérique

Avec toute la neige qui est tombée, le site de la Maison du père Noël est... (Photo Louis Potvin)

Agrandir

Photo Louis Potvin

Partager

Louis Potvin
Le Quotidien

(GIRARDVILLE) Avec toute la neige qui est tombée, le site de la Maison du père Noël est particulièrement féérique.

Les gros sapins et les énormes épinettes ploient sous le poids de la neige. Les enfants courent dans les sentiers de Lutinville et s'amusent dans l'épais tapis blanc devant la maison du gros bonhomme. Le mercure marque -1 Celsius. Soirée parfaite pour ce pèlerinage annuel.

Nouveauté cette année; un cinéma en plein air. Une belle idée. Comme il ne faisait pas froid, il était agréable de visionner le dessin animé d'une trentaine de minutes. Avec les flocons qui tombaient, l'ambiance était réussie. À -20 degrés Celsius, cependant, ça doit être plus difficile de garder les enfants assis sur les gradins d'aluminium.

Pour la première fois, j'ai essayé la trottinette des neiges à la demande de ma fille. Elle a eu tout un plaisir tandis que son papa s'époumonait à courir d'une patte pour faire avancer l'engin. Une chance qu'il y a des descentes pour respirer un peu et entendre de grands cris de joie et de satisfaction poussés par la frénésie de la vitesse. Il n'en fallait pas plus pour continuer sur cette lancée dans les glissages en tube avec son frère.

Même si les activités extérieures permettent de bouger et s'amuser, les enfants adorent prendre du temps dans la Maison du père Noël et de s'asseoir sur ses genoux pour faire les demandes de cadeaux. Les papas et les mamans en profitent pour immortaliser ce moment. Mon fils était déçu. «On dirait qu'il est moins gros que l'an passé. Ce n'est pas le vrai père Noël, j'en suis sûr», me lance-t-il. Réponse? «Il est au régime, il a trop mangé de bonshommes de pain d'épice.»

D'ailleurs, plusieurs se laissent tenter par les bonshommes de pain d'épice de mère Noël. Elle en fabrique au moins 2500 par année. Elle ne chôme pas, parce qu'elle cuisine aussi d'autres pâtisseries.

Frédérique Guay et Émile Boucher se sont d'ailleurs régalés des sucreries. Le sourire accroché au visage et les yeux pétillants, ils racontaient leur préférence. «Moi, ce que j'ai aimé le plus c'est le cinéma. C'est vraiment beau», a lancé la fillette de 4 ans. Émile a particulièrement adoré les décentes en tube. Il a eu de belles sensations fortes. Les deux enfants faisaient partie d'un groupe de 20 jeunes de l'organisme les Frimousses. Un comité coup de main de Girardville qui permet aux mamans de se rencontrer une fois par semaine et de partager. Il s'agissait de la première fois qu'on organisait cette sortie. La popularité risque d'en faire une tradition.

C'est un peu ce qui arrive avec la Maison du père Noël, même après plusieurs visites, la magie s'opère toujours. Il s'agit d'un pèlerinage pour mes enfants. C'est la première fois que mon plus vieux n'était pas de ce voyage au Pôle Nord. Je soupçonne qu'il le regrette un peu.

Selon les propriétaires, près de la moitié des visiteurs n'en sont pas à leur première visite. «Les familles adorent l'ambiance et repartent avec le sourire. C'est ça qui nous pousse à continuer», mentionne Michel Perrault.

Oui, le site appartient à deux promoteurs. Oui, il faut payer pour entrer. Mais Larry Bolduc et Michel Perrault tiennent à bout de bras cette petite entreprise. Ils ne peuvent arrêter, victime de leur succès.

Pendant un mois, une dizaine de personnes y travaillent. Ça dynamise la localité de Girardville et le peu de bénéfice qu'il dégage est réinvesti l'année suivante dans des nouveautés. Et ça marche depuis 11 ans.

Lpotvin@lequotidien.com

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer