Une mise en demeure contre Résolu

Renaud Gagné explique qu'une mise en demeure a... (Photo archives)

Agrandir

Renaud Gagné explique qu'une mise en demeure a été acheminée à Produits forestiers Résolu, car la compagnie ne respecte pas les façons de faire établies.

Photo archives

Partager

Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) Le Syndicat canadien de l'énergie et du papier (SCEP) a expédié une mise en demeure à Produits forestiers Résolu pour que la compagnie se conforme au mode d'opération établi pour la récolte forestière.

«La compagnie ne respecte pas la procédure que nous avons signé qui prévoit la répartition du travail aux entrepreneurs forestiers selon la reconnaissance de service, une forme d'ancienneté, et aussi en lançant un appel d'offres pour la coupe de bois qui leur ait accordé en garantie d'approvisionnement», a déclaré le vice-président du SCEP, Renaud Gagné.

Résolu a décidé de déposer un appel d'offres pour un lot de bois de 55 000 mètres cubes provenant de leur garantie d'approvisionnement accordé dans le cadre du nouveau régime forestier et non pour la mise en marché des bois. Un dangereux précédent, estime le syndicat. «Vous imaginez ce que ça va causer comme préjudice aux entrepreneurs. Les gars dont les contrats n'ont pas été renouvelés à cause des coupures et du bois mis aux enchères vont tenter de tout faire pour soumissionner le plus bas. Ça ne respecte pas notre entente qui est valide jusqu' au 31 mai 2014. Il faut fonctionner comme avant avec les CAAF (contrat d'approvisionnement et d'aménagement forestier)», a-t-il ajouté.

Renaud Gagné pense que les propriétaires de machineries forestières vont se couper le cou entre eux pour tenter d'avoir un contrat afin d'avoir du travail et payer les termes de leurs équipements.

De plus, la façon de faire de Résolu pour choisir les entrepreneurs qui vont bûcher le bois qui leur est accordé en garantie d'approvisionnement ne tient pas compte du rang établi.

La multinationale doit respecter «la reconnaissance de service» qui correspond à l'ancienneté. «C'est de cette manière que les contrats auraient dû être attribués et non de manière subjective», a indiqué Renaud Gagné. Rappelons que 27 entrepreneurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean se retrouveront sans contrat en avril 2013 à la suite de la décision de Résolu.

La mise en demeure a été déposée hier matin et Résolu dispose de cinq jours pour se conformer. «S'ils contestent qu'ils viennent le débattre devant un arbitre», suggère Renaud Gagné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer