Sentiers de motoneige au Lac-Saint-Jean

Des commerçants refusent de contribuer

Des commerçants de Lac-Saint-Jean-Est refusent de contribuer au... ((Archives))

Agrandir

Des commerçants de Lac-Saint-Jean-Est refusent de contribuer au fonds de compensations financières.

(Archives)

Partager

(Alma) Des commerçants de Lac-Saint-Jean-Est refusent de contribuer au fonds de compensations financières mis en place pour garantir une saison de motoneige dans le secteur. La Chambre de commerce et d'industrie assure néanmoins qu'elle honorera le pacte de trois ans conclu l'hiver dernier.

Lundi, les dirigeants de la CCI ont fait état des difficultés qu'ils rencontrent à percevoir les sommes nécessaires auprès de certaines entreprises. Bien que leurs préoccupations n'aient été formulées qu'aux autres parties prenantes de l'entente, la nouvelle a transpiré dans le milieu. Mercredi matin, les premiers détails de ce dossier étaient transmis sur les ondes de Planète 104,7 FM.

Selon le président de la CCI, Dave Gosselin, la situation n'est pas alarmante. En entrevue, il confirme que certains restaurateurs et hôteliers sont réticents à débourser de nouvelles sommes pour l'activité motoneige. «Plusieurs partenaires ne se sentent pas visés. D'autres disent qu'ils financent déjà l'industrie en achetant de la pub, en donnant aux clubs. Je ne veux pas les juger, ils sont libres de penser comme ils veulent. Mais, je m'explique quand même mal que des personnes directement impliquées ne se sentent pas concernées plus qu'il le faut alors que certains salons de coiffure, qui ne retirent rien de l'industrie, ont accepté de contribuer», exprime Dave Gosselin.

La Chambre de commerce et d'industrie a amassé à ce jour quelque 20 000$, en prévision de la saison qui s'amorce. Selon le plan d'action élaboré conjointement par la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, le club de motoneigistes local et la CCI, chacune des trois parties doit fournir 33 000$ par année afin de compenser les agriculteurs qui donnent accès à leurs terres.

Cette stratégie triennale a été mise en place de façon temporaire, en attendant que le gouvernement du Québec règle enfin la question des sentiers permanents.

«Nous allons trouver l'argent, répète Dave Gosselin. Nous allons mobiliser nos membres autour d'une campagne promotionnelle. Nous allons faire en sorte que ceux qui participent soient reconnus.»

Le président de la CCI écarte toute forme de contribution obligatoire au sein de son regroupement.

Québec: c'est long...

Tôt mercredi matin, une réunion d'urgence a été convoquée par le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis. Ce dernier voulait connaître le fin mot de l'histoire et s'assurer que la saison ne serait pas compromise en raison d'un bris d'engagement.

«La Chambre de commerce s'est engagée et ses représentants en sont conscients. Ils nous ont promis qu'ils allaient respecter l'entente. Le plan d'action tient la route et il n'y aura pas de fermeture de sentiers», réitère le préfet Paradis.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer