Deschênes se rendra à la police

Le Quotidien sert d'intermédiaire entre la SQ et un officier de l'armée

Sylvain Deschênes, était recherché par les policiers de... ((Courtoisie))

Agrandir

Sylvain Deschênes, était recherché par les policiers de la Sûreté du Québec.

(Courtoisie)

Partager

Sur le même thème

(Chicoutimi) Recherché par les policiers de la Sûreté du Québec dans le cadre de l'opération Insuline, le militaire Sylvain Deschênes a téléphoné au Quotidien pour demander que son nom soit retiré de la liste des accusés publiée dans les pages de ce journal hier. Il affirme n'avoir aucun lien avec cette histoire. À la SQ, on nous assure toutefois qu'il n'y a pas erreur sur la personne, et qu'un mandat d'arrestation a bel et bien été émis contre Sylvain Deschênes.

L'accusé prétend être victime de diffamation et d'erreur sur la personne. «J'aime mieux en rire qu'en pleurer, a-t-il dit hier matin lorsqu'il a contacté Le Quotidien. Je me demande ce que je vais demander en dommages et intérêts.»

Il doit se présenter ce matin au poste de la SQ pour y rencontrer les policiers, qui ont un mandat d'arrestation contre lui. Le suspect fait face à des accusations de trafic, de complot et d'avoir en sa possession des sommes d'argent, d'une valeur dépassant 5000$, sachant que ces choses avaient été obtenues de la perpétration au Canada d'une infraction punissable sur acte d'accusation.

Confiant, celui qui est responsable du Festival Fringe de Saguenay a parlé au rédacteur en chef du journal, hier matin, lui demandant de rectifier les faits publiés en page 2. On pouvait y lire que Sylvain Deschênes (1980-06-04) était toujours recherché par les policiers.

Ce sont son père et sa belle-mère qui ont lu le nom de l'accusé dans le journal hier matin et qui l'ont alerté. «Je travaille à la Défense nationale. Je suis officier d'infanterie. Je suis aussi responsable de deux festivals, le Fringe et le Festival culturel militaire de Montréal. J'ai déjà passé en page 2 de votre journal pour les inondations à Saint-Jean-sur-Richelieu. Franchement, je ne suis pas un criminel. J'ai même une cote de sécurité secrète. À quel numéro puis-je joindre les policiers de la SQ?»

L'intermédiaire

C'est donc Le Quotidien, ironiquement, qui a servi d'intermédiaire entre les policiers et Sylvain Deschênes. Il a joint les forces de l'ordre immédiatement après que nous lui ayons donné le numéro de téléphone demandé.

Il est l'une des quatre personnes qui étaient toujours recherchées par la Sûreté du Québec dans le cadre de l'opération Insuline, qui a permis de démanteler deux importants réseaux de trafiquants.

«Il n'y a pas d'erreur sur la personne, confirme la responsable des communications pour la Sûreté du Québec, Hélène Nepton. Il était à l'extérieur de la région. Il se rapportera au poste demain (aujourd'hui). On a un mandat contre lui. Il devra se présenter devant le juge.»

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer