Nouveau plan de rétablissement du caribou forestier

9000 emplois menacés

Le plan de rétablissement du caribou forestier au... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le plan de rétablissement du caribou forestier au Québec est basé sur le modèle développé par le gouvernement canadien, malgré les critiques émises par le ministère des Ressources naturelles.

Photothèque La Presse

Partager

(Chicoutimi) L'adoption par le gouvernement du Québec d'un nouveau plan de rétablissement du caribou forestier pourrait signifier la disparition de 9000 emplois dans trois régions-ressources du Québec, dont un peu plus de 3000 au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec une perte d'activités économiques d'une valeur estimée à 200 millions $ sur une base annuelle.

Selon les évaluations du ministère des Ressources naturelles (MRN), l'application des mesures contenues dans le document Lignes directrices pour l'aménagement du caribou forestier, émanant des travaux de l'Équipe de rétablissement du caribou forestier du Québec, feraient fondre la possibilité forestière de 3 113 400 mètres/cubes de résineux.

Dans le cadre de la Commission Coulombe, l'Institut de la statistique du Québec avait démontré que chaque tranche d'exploitation de 100 000 mètres cubes de bois se traduisait par la création de 350 emplois directs, indirects et induits. Le document émanant du MRN fait état d'une perte économique découlant de ces mesures à 622 680 000 $ sur une base annuelle pour un montant de 800 400 $/caribou/année.

Le document reste muet à ce sujet, mais Le Quotidien a appris de différentes sources que les régions de l'Abitibi-Nord du Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord absorberont cette coupure dramatique à raison d'une baisse de la possibilité forestière d'un peu plus d'un million de mètres/cubes chacune. Cette diminution équivaut dans la région à la fermeture des scieries de St-Thomad-Didyme, Saint-Félicien et Roberval.

Le Québec en sera à un second plan de rétablissement du caribou forestier pour sauver un troupeau qui compte entre 5980 et 8570 individus. Le cervidé, auquel le gouvernement fédéral a attribué le statut d'espèce menacée en vertu de la Loi sur les espèces en péril, évolue au Québec dans une bande de la forêt boréale d'un peu plus de 600 000 kilomètres carrés. S'étendant de l'Ontario au Labrador, elle se situe entre les 49e et 55e parallèles.

Le courant scientifique majoritaire affirme que ce troupeau a grandement diminué et que l'avancée de l'industrie forestière dans la forêt boréale est en grande partie responsable de tous les maux du caribou forestier. À partir de ce principe, l'équipe de rétablissement en conclut que de très grandes superficies de forêt boréale doivent être soustraites à l'exploitation forestière pour fournir au caribou l'espace dont il a besoin. C'est ainsi que, sans avoir mesuré les impacts des correctifs mis en place dans le plan de rétablissement 2008-2013, l'équipe actuelle demande d'appliquer le principe des grandes superficies.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer