Encore bien du travail à accomplir

Le maire Jean Tremblay... (archives)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay

archives

Partager

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Lorsqu'il s'est présenté à un déjeuner-conférence en mai 2009 devant les membres de la Chambre de commerce de Chicoutimi, le maire Jean Tremblay avait promis que le centre-ville de Chicoutimi serait méconnaissable avec la réalisation de 18 travaux d'importance au coût de 50 millions$ qui en ferait l'un des plus attirants au Québec.

Qualifiant alors la rue Racine de laide et non harmonieuse, le maire déposait un ambitieux plan de revitalisation.

Trois ans et demi plus tard, force est de constater que bien du travail reste à accomplir pour donner un nouveau visage à la rue Racine compte tenu des engagements pris à l'époque par M. Tremblay. Selon le constat réalisé avec l'aide de professionnels du bâtiment, 14 des 18 travaux proposés par le maire Tremblay ne se sont pas encore concrétisés dans le béton ou l'acier.

Environ 16 M$ de projets se sont réalisés, ce qui inclut la rénovation de l'Auditorium Dufour au coût de 14 M$ financée également par Québec. Les principaux projets qui ont vu le jour ou qui sont en préparation concernent l'aménagement de la Place du citoyen avec le réaménagement paysager au parc de l'Hôtel-de-ville, la pose de pavés sur cette artère ainsi que l'aménagement d'une fontaine dans la phase 2 du projet. Nous avons inclus dans le calcul la réfection du haut de la rue Racine face à la cathédrale qui prévoyait à l'époque une dépense de 150 000$.

Attente

Parmi les travaux qui sont toujours en attente, la réfection du haut et du bas de la rue Racine, avec des trottoirs neufs et la pose de lampadaires (7,5 M$), la rénovation des rues Hôtel-Dieu, Riverin, Bégin, Salaberry et Labrecque demeurent dans les cartons malgré l'annonce faite en grande pompe en 2009.

La réfection de la rue du Havre (1,5 M$) de même que le réaménagement de l'ancienne gare ferroviaire qui devait être réaménagée pour offrir 470 places et pavée au coût de (3,1 M$) sont dans le même état qu'il y a trois ans et demi.

L'aménagement d'un marché public parti du Vieux-Port pour être aménagé sur le site de l'entrepôt Chlorophylle n'a pas vu le jour: 1,6 million$ y était prévu. Il en va de même pour la rénovation de la rue Lafontaine qui devait recevoir du pavé ainsi que l'aménagement d'un terre-plein (1,5 million$).

L'enfouissement des fils électriques de la rue Sainte-Anne et son réaménagement esthétique (2,6 M$), le réaménagement du terminus de la STS (800 000$), l'aménagement d'un stationnement de 82 places à l'extrémité ouest de la rue Racine (450 000$) et la construction d'un monument signalétique à l'entrée de la rue Racine (125 000$) figurent toujours sur la liste d'attente.

Malgré tout, Saguenay a investi pour faire disparaître certaines horreurs avec la démolition des anciens garages PACO et Chic Pontiac Buick qui ont libéré de l'espace pour certains projets. En 2009, le maire Tremblay avait prévu la construction de l'École de musique et de danse (13,8 M$).

Le bas de la rue Racine a vu naître le projet Les terrasses Sainte-Anne, un projet résidentiel et commercial privé sur le point d'être achevé.

Dvilleneuve@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer