Mort suspecte d'un poupon

Les policiers de Saguenay ont ouvert une enquête... ((Archives))

Agrandir

Les policiers de Saguenay ont ouvert une enquête sur la mort suspecte d'un poupon de seulement deux mois survenue dans la nuit de jeudi à hier dans une résidence située dans le secteur Rivière-du-Moulin, à Chicoutimi.

(Archives)

Partager

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Les policiers de Saguenay ont ouvert une enquête sur la mort suspecte d'un poupon de seulement deux mois survenue dans la nuit de jeudi à hier dans une résidence située dans le secteur Rivière-du-Moulin, à Chicoutimi.

Selon les minces informations obtenues par Le Quotidien, l'appel a été logé vers 6 h, hier matin, à la Sécurité publique de Saguenay. Les policiers sont arrivés sur les lieux et l'enfant a été transporté d'urgence à l'hôpital de Chicoutimi.

La mort du nouveau-né a été constatée à son admission à l'urgence de l'hôpital de Chicoutimi. Les policiers ont pris les dispositions nécessaires afin de protéger les lieux de l'événement de façon à compléter l'enquête.

Lors du passage du Quotidien sur les lieux, aucun indice ne permettait de croire qu'un événement aussi tragique était survenu la nuit dernière dans cette résidence. «Les policiers se sont présentés sur les lieux et deux personnes y étaient. Ils ont gelé la scène pour être en mesure de compléter l'enquête. Les deux personnes sont considérées comme des témoins importants dans ce dossier», a indiqué Bruno Cormier.

Le coroner Sylvain Truchon a quant à lui été informé hier matin, par l'hôpital de Chicoutimi, d'un décès survenu sur le territoire de Saguenay.

Joint au téléphone, le coroner Truchon s'est limité à dire qu'il avait été informé d'un décès sans ajouter une seule information sur l'affaire.

Jusqu'à maintenant, les policiers ont conservé le mutisme complet sur cette affaire, se limitant à confirmer l'ouverture de l'enquête.

Le fait que le coroner ait été appelé signifie que le poupon était décédé à son arrivée à l'hôpital puisqu'il est obligatoire d'informer le coroner de tout décès survenu à l'extérieur des murs d'un établissement de santé.

En fin de journée, hier, les policiers poursuivaient toujours leur investigation et personne n'avait été arrêté.

Ltremblay@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer