Jeune femme happée par une camionnette à Laterrière

Tuée sur le coup

Une jeune femme de 24 ans du Lac-Saint-Jean... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Une jeune femme de 24 ans du Lac-Saint-Jean a été mortellement happée par une camionnette, hier soir, pendant qu'elle marchait avec une proche sur le bord du chemin de l'Église, à Laterrière.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(LATERRIÈRE) Une jeune femme de 24 ans du Lac-Saint-Jean a été mortellement happée par une camionnette, hier soir, pendant qu'elle marchait avec une proche sur le bord du chemin de l'Église, à Laterrière. Le coroner responsable du dossier, Sylvain Truchon, a décidé de ne pas faire appliquer le nouveau protocole de constat du décès à distance.

Les services d'urgence ont été appelés vers 19 h 15 à intervenir près du 4129 chemin de l'Église, près de l'intersection de l'autoroute 170. Les deux jeunes femmes marchaient à droite du rang dans lequel la limite de vitesse est de 80 km/h, dans une zone peu éclairée, et se dirigeait en direction sud (vers Laterrière) lorsque celle qui se trouvait le plus près du chemin a été violemment happée par une camionnette. La victime, qui était venue visiter de la famille à Laterrière, a été projetée dans le fossé à plusieurs mètres du lieu de l'impact.

Gilles Bouchard, qui demeure dans une des maisons voisines, venait d'apercevoir les deux jeunes femmes avant de rentrer chez lui, quelques minutes avant l'accident. « Elles tournaient dos aux voitures, et puisqu'elles marchaient l'une à côté de l'autre, une des deux filles marchait un peu sur la chaussée, raconte-t-il, encore ébranlé. J'ai ralenti, j'ai attendu pour tourner chez moi, et je les ai laissées traverser mon entrée. »

M. Bouchard n'a toutefois rien vu du violent impact qui a suivi, mais a été marqué par le bruit sourd de l'accident. « Je rentrais des choses de mon camion à l'intérieur de la maison, et j'ai entendu un gros bruit, rapporte-t-il. Je pensais qu'une voiture venait de perdre un morceau ou quelque chose. J'ai vu le camion arrêté sur le bord de la route et je me suis dit que le conducteur cherchait ce qu'il avait perdu. C'est par la suite, en voyant l'ambulance et les policiers, qu'on a compris qu'une fille avait été frappée. »

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer