Lettre de suicide sur Facebook

Partager

(CHICOUTIMI) La lettre de suicide d'une Almatoise s'est retrouvée sur Facebook, hier, à la demande de la défunte. «Je vais veillez sur vous tous et le premier qui entreras chez moi publira mon message sur Facebook svp (sic)», a-t-elle écrit.

Il s'agit d'un nouveau cas d'étalement dans la sphère publique, par la voie des médias sociaux, de ce qui est normalement du domaine privé.

«Voici les derniere volontée de ma soeur elle a laiser ce message toute la famille nous somme desoler pour les personne touchée par ce massage a sa demande nous nous devont de le publier voici ce qu elle vous dit (sic)», a mentionné son frère, utilisant le compte de celle qui s'est enlevé la vie.

Par respect pour les personnes endeuillées, Le Quotidien ne mentionnera aucun des noms cités dans la lettre, de même que le nom de la victime.

«On voit là tout le désespoir de certaines personnes, mentionne le responsable du secteur communautaire du Centre de prévention du suicide 02, Laurent Garneau. Le problème, c'est que ce type de message a un rayonnement international», mentionne-t-il, refusant toutefois de parler du cas précis de la Jeannoise. Il affirme néanmoins que de plus en plus d'appels à l'aide se retrouvent sur Facebook, pour la simple raison que le réseau social prend de l'ampleur. «Les gens doivent toutefois comprendre que ce n'est pas parce que c'est virtuel que ce n'est pas aussi réel. Il faut prendre au sérieux tous les appels à l'aide écrits sur internet. Derrière ces messages, il y a quelqu'un.»

Dans ce qui s'avère son «testament» sur Facebook, la trentenaire, mère de deux enfants, écrit des reproches à plusieurs personnes, en plus de mentionner à quel point elle en aimait certaines autres. À la manière d'un lettre de suicide que découvrent des familles éplorées, cette lettre a été déposée pour des milliers de personnes qui pourront la lire, sur le réseau social.

«Dsl (ndlr- désolée) d'etre partie de cette maniere mais ca fait 4 mois que je demande de l'aide mais je suis laisser seule avec moi meme. j'ai perdue mes enfants a cause de (nom d'un homme). A cause de lui ma vie est un enfert. (Autre nom d'homme) a fait de ma vie un enferts aussi.»

Elle mentionne avoir perdu tous ses repères, sa famille, ses enfants et ses amis, pour différentes raisons. « (...) je suis dsl de partir de cette maniere.»

Laurent Garneau souligne que le rayonnement d'un tel acte peut aussi avoir des effets négatifs pour des personnes qui songeraient à se suicider, et qui pourraient passer à l'acte après avoir vu la publication.

«On ne sait jamais qui va lire ce qui est écrit sur les réseaux sociaux. Quand une personne est dans la tourmente...»

Technologies

Laurent Garneau participera d'ailleurs à un colloque vendredi prochain où il sera en outre question des nouvelles technologies. «Ça fait quelques années que nous nous y intéressons. Il n'est pas facile d'intervenir sur ces plates-formes. Il faut développer notre vigilance individuelle et collective. En cas de doute, il faut absolument nous appeler, que ce soit pour soi-même, pour un membre de sa famille ou pour un ami.»

La semaine dernière, la femme avait mentionné, sur son profil, qu'il n'était vraiment pas facile d'apprendre à vivre seule à 35 ans.

Hier, à 21h, huit heures après le dépôt de la lettre de suicide sur Facebook, 104 personnes avaient commenté la publication. Certaines mentionnaient ne pas connaître la dame, mais souhaitaient leurs sympathies à tous les gens mentionnés dans la lettre. Il est possible de joindre le Centre de prévention au 1-866-Appelle.

Kbelley-Murray@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer