Le syndicat soumettra son propre scénario

Pauline Paradis est présidente du Syndicat des professioinnels... (Photo Louis Potvin)

Agrandir

Pauline Paradis est présidente du Syndicat des professioinnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Centre de santé  et de services sociaux Maria-Chapdelaine.

Photo Louis Potvin

Partager

Louis Potvin
Le Quotidien

(DOLBEAU-MISTASSINI) Le syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires du CSSS Maria-Chapdelaine ne digère toujours pas la décision du conseil d'administration de regrouper sur un même étage le bloc obstétrical, la pédiatrie et les soins de courte durée.

Les infirmières vont dévoiler prochainement à la population leur propre scénario d'optimisation et démontrer qu'il est plus logique et qu'il permettra de sauver plus d'argent.

«Nous sommes encore à analyser la proposition de la direction pour bien nous préparer. Nous voulons que la population puisse disposer d'une comparaison entre les deux propositions. Nous sommes convaincus que le projet de mobilisation des employés aura des effets sur la qualité des soins», a commenté la présidente du syndicat, Pauline Paradis, qui affirme que le climat est toujours tendu.

«La direction nous a déposé un avis de fusion et il n'a pas été possible d'en parler. Il faudra discuter de son application avec le directeur des relations de travail qui n'a pas de pouvoir de décision. Il faudra rouvrir la convention collective, ça va être compliqué», a-t-elle indiqué.

Le directeur général de l'établissement, Normand Brassard, mentionne que le climat est toujours tendu, mais moins qu'il y a deux semaines. Il croit que les infirmières vont saisir l'importance de la démarche du plan d'optimisation. «Nous avons un délai de deux mois concernant l'avis de fusion. Il faudra préparer les plans de réaménagement. Nous aimerions que tout soit réalisé ce printemps», indique-t-il.

Pauline Paradis avance que le déménagement de la pédiatrie et de l'obstétrique va coûter plusieurs centaines de milliers de dollars. «Où sera l'économie en fin de compte?», questionne-t-elle.

Pour sa part, Normand Brassard estime à quelques centaines de milliers de dollars les travaux de déménagement. «Nous avions déjà prévu une somme de 300 000$ dans notre budget pour la pédiatrie», a-t-il révélé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer