La Fondation Rivières reste sur sa position

Des projections basées sur des faussetés

Les opposants à l'aménagement d'une minicentrale de 16... (Photo Isabelle Tremblay)

Agrandir

Les opposants à l'aménagement d'une minicentrale de 16 mégawatts à Val-Jalbert n'ont pas été admis au point de presse convoqué par la direction du site, hier matin. Des agents de sécurité étaient sur place pour les empêcher d'accéder au pavillon d'accueil. Deux représentants du groupe ont tout de même été en mesure d'assister à la rencontre de presse.

Photo Isabelle Tremblay

Partager

Isabelle Tremblay
Le Quotidien

(CHAMBORD) La Fondation Rivières prétend que les nouvelles prévisions budgétaires dévoilées jeudi dernier par la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean en lien avec la construction d'une minicentrale de 16 mégawatts au Village historique de Val-Jalbert sont erronées et incomplètes.

De nouveaux calculs permettent à la Société de croire que les profits générés par ce projet seront supérieurs aux prévisions initiales. Elle s'attend à ce qu'ils soient de 90,9 millions de dollars sur 25 ans au lieu de 71,6 millions de dollars qui étaient prévus au départ.

Dans un communiqué, la Fondation Rivières soutient qu'il s'agit de données faussées par des prévisions indûment hypothétiques et trompeuses à l'égard de la non-actualisation des coûts. «Le coût du projet est encore estimé à 53 M$. Les bénéfices n'étaient en réalité que de 231 501 $ pour chaque MRC à la 10e année et non de 414 583 $. Les bénéfices chutent ainsi de 30 à 13 M$ en valeur actualisés. Cette omission de présenter les revenus en valeur présente fait faussement miroiter d'importants profits», peut-on lire dans le communiqué.

La Fondation croit que les nouvelles prévisions budgétaires ne font pas état des modifications qui les expliqueraient, ni des taux d'intérêt utilisés. «Il est important d'utiliser un taux d'intérêt moyen pour les 20 prochaines années et non seulement se fier aux bas taux en vigueur actuellement».

Elle réitère sa demande de divulgation de l'ensemble de tous les contrats en cours et à venir et souhaite que l'information soit accessible sur le site internet de la Société. «Une économie de 2 385 779 $ a été identifiée suite à l'obtention de trois soumissions. Cela représente 12 % du coût initialement prévu de 20 191 554$. Il en coûtera cependant plus cher à Hydro-Québec Trans-Énergie qui devra débourser 2 465 000 $ au lieu de 1 414 000 $ initialement prévu pour le poste de départ, une différence majeure dans les calculs», écrit le groupe écologiste.

Par ailleurs, le Fondation rappelle que les prévisions du promoteur sont basées sur 25 ans alors que le contrat intervenu entre les parties est d'une durée de 20 ans. Après ce moment, le prix d'achat de l'électricité par Hydro-Québec est inconnu. Le groupe croit que le tarif pourrait être moindre après cette date, étant donné que les infrastructures seront déjà payées et que le prix de l'électricité sur le marché ne sera plus le même dans 20 ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer