• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > «Je n'aime pas cette gang-là» - Jean Tremblay au sujet de Tout le monde en parle 

«Je n'aime pas cette gang-là» - Jean Tremblay au sujet de Tout le monde en parle

«Il dit être catholique, mais ne croit pas... (Archives Jeannot Lévesque)

Agrandir

«Il dit être catholique, mais ne croit pas en Dieu. Je comprends pu. Peut-être qu'il est allé à l'école un peu trop longtemps...»

Archives Jeannot Lévesque

Partager

Catherine Doré
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, s'est retrouvé invité bien malgré lui sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle, à Radio-Canada, dimanche soir.

Dans le cadre d'une entrevue entourant le lancement du livre L'interculturalisme, un point de vue québécois, l'animateur Guy A. Lepage a questionné son auteur, le sociologue et professeur à l'Université du Québec à Chicoutimi Gérard Bouchard, sur les propos tenus par le maire sur la candidate dans Trois-Rivières aux dernières élections, Djemila Benhabib. M. Tremblay avait alors affirmé à la radio ne pas aimer voir «ces gens-là venir ici et nous dire quoi faire».

Questionné à savoir si ces propos reflètent ceux de la population en général, M. Bouchard s'est montré sans appel.

«Le maire Tremblay, c'est exactement ce qu'il faut éviter au Québec, a-t-il dit, provoquant des rires et des applaudissements nourris. C'est exactement le type d'intervention qui est nuisible et qui cause des dommages considérables. Ça entretient les préjugés.»

Le professeur a poursuivi en ajoutant que ces propos étaient faits au nom «d'une conception de la foi catholique qui est extrémiste, intégriste».

« (Jean Tremblay) ramasse des trucs qui traînent, en fait une boule et devient populaire (avec ça), a-t-il ajouté. On est en train de vendre une sorte d'intégrisme.»

Le maire réplique

Au lendemain de l'émission, le maire de Saguenay avouait avoir dû visionner l'entrevue après avoir reçu plusieurs commentaires. D'ailleurs, il était de toutes les tribunes, hier, accordant des entrevues dans tous les grands médias québécois.

«Je vais être honnête: je n'écoute jamais ça. Cela fait deux fois qu'ils (l'équipe de Tout le monde en parle) insistent pour m'avoir, mais je refuse. Je trouve que ça fait trop vedette, mais vedette dans le mauvais sens.»

«Je n'aime pas cette gang-là qui s'applaudit entre eux autres», soutient-il.

Jean Tremblay affirme ne pas être surpris par les commentaires de Gérard Bouchard.

«On appelle ça un intellectuel, quelqu'un qui a été à l'école longtemps. Moi, je préfère être près du monde.»

Tout en répétant à plusieurs reprises que tous ont droit à leur opinion, le maire a questionné les croyances de M. Bouchard. «Il dit être catholique, mais ne croit pas en Dieu. Je comprends pu. Peut-être qu'il est allé à l'école un peu trop longtemps...», ironise-t-il.

Le magistrat se défend de vouloir partir en guerre.

«Si j'en voulais à tous ceux qui ne croient pas en Dieu, je n'aurais pas fini.»

Quant au terme «intégriste» utilisé à son endroit, le maire Tremblay trouve l'expression un peu forte à son goût. «Eille, je suis un intégriste parce que je fais une prière avant. En plus, tout mon conseil est d'accord. Est-ce que ce sont tous des intégristes? Est-ce que ma grand-mère et ma mère étaient des intégristes?»

Finalement, M. Tremblay rappelle que ce n'est pas pour le plaisir ou pour être populaire qu'il mène ce combat.

«Je retourne en cour le 26. Faut pas penser que je trouve ça drôle. Si ça augmentait ma popularité, d'autres maires l'auraient fait avant moi. Ce qui me rend populaire, c'est d'administrer ma Ville, d'avoir la taxe la plus basse avec la dette la plus basse», de conclure Jean Tremblay.

Cdore@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer