Laissons la chute tranquille

La Fondation Rivières demande aux partenaires impliqués dans... (Archives)

Agrandir

La Fondation Rivières demande aux partenaires impliqués dans le projet de minicentrale à Val-Jalbert, soit les MRC du Domaine-du-Roy et Maria-Chapdelaine ainsi qu'à la municipalité de Chambord, de refaire leurs devoirs en rendant publique une estimation plus récente du coût des travaux.

Archives

Partager

Le Quotidien

Avant d'écrire mon avis (concernant le projet de minicentrale à Val-Jalbert), des chiffres et des souvenirs de la chute ont valsé dans mon esprit... Je n'arrivais pas à prendre clairement position. Mon coeur ou ma tête? L'argent ou l'amour? Qui allait parler? J'ai décidé de laisser aller mon coeur pour dire haut et fort : «Laissez donc la chute tranquille!»

N'y a-t-il pas d'autres moyens financiers, d'autres moyens de développement que celui de risquer d'abîmer à jamais un si magnifique joyau? Il suffit de se reporter dans 100 ans, en 2132, pour comprendre que le nerf mondial de la guerre sera l'eau. Combien insensé nous jugeront nos arrière-petits-enfants si nous harnachons cette rivière pour ne laisser couler que de minces filets d'eau de cette chute majestueuse. « C'est prévu et calculé», se défendront les promoteurs. Or, quel génie peut prédire tous les véritables résultats environnementaux de ces jeux dangereux avec la nature?

Je suis (donc) contre. Les amants de la nature et un fort pourcentage des touristes qui ont admiré la chute sont contre. Ceux qui ont vu les dommages désastreux et irréparables sur la Côte-Nord et la Baie-James et qui ont été témoins des paysages taris de ces rivières, comme cette partie de la Rupert qui ne coule plus, s'y opposent. Tous ces gens voient et prévoient la grave erreur que les promoteurs risquent de commettre. Ceux qui ont peint et photographié la chute sont contre. Des artistes, des environnementalistes, des pêcheurs, des commerçants, des aînés et des amis du Québec sont contre. Même les promoteurs, où la cohésion semble fragile, se terrent dans le silence et ne s'entendent plus vraiment entre eux.

Écoutons les cris d'opposition et cherchons des solutions ailleurs que dans le bris de ce lieu qui ne sera plus. Reportons-nous dans l'avenir, quand nos descendants déploreront, en regardant des images de la chute: «C'est presque incroyable! Ils avaient le Niagara. En plus, c'était leur seul lieu touristique et ils ont tout brisé pour une centrale... inutile!» Laissons donc cette chute tranquille pour encore quelques milliers d'années!

Chantale Potvin / Roberval

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer