Aider les PME

Agrandir

"Des succès éclatants comme Bétons préfabriqués du Lac, Devinci et STAS (sur la photo) ont suffisamment impressioné Montréal, New-York et les alumineries de la planète pour modifier l'image d'une région jadis dépendante de la gande industrie. "

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partager

Bertrand Tremblay
Le Quotidien

Si l'économie régionale se porte mieux, il faut en attribuer le mérite aux PME innovatrices. Ce sont ces petites entités, riches d'un savoir-faire bien étoffé et perpétuellement renouvelé par la recherche, qui fournissent la majorité des nouveaux emplois. Et comblent les vides façonnés par les fluctuations du marché comme cette perte de 3500 emplois imputable à la crise forestière.

Plusieurs agents de développement esquissent un sourire sceptique devant cette réalité tout comme d'ailleurs nombre d'économistes, de chefs syndicaux et de politiciens. C'est d'ailleurs sur le dos des PME que le lockout à l'aluminerie d'Alma s'est prolongé durant six mois. Dans les années 1970, elles étaient perçues encore plus négativement par l'extrême gauche radicale qui cherchait tout simplement à les détruire.

Les petites et moyennes entreprises ont évolué depuis cette époque pour constituer, aujourd'hui, une force croissante de l'industrie manufacturière contemporaine. Leur réussite est le résultat d'une profonde modification effectuée avec les ingrédients de la R-D (recherche-développement). La grande industrie, celle de l'aluminium essentiellement, et les gouvernements supérieurs, y ont contribué.

D'abord en participant notamment à la formation du CQRDA, le Centre québécois de recherche et développement de l'aluminium, à l'établissement du CTA, le Centre canadien des technologies de l'aluminium, et à création de la Société de la Vallée de l'aluminium. L'entrepreneurship a explosé pour faire surgir des dizaines de PME. Seulement dans le secteur de l'aluminium, on en dénombre une soixantaine qui procurent le pain et le beurre à quelque 2500 personnes.

D'éclatants succès

Des succès éclatants comme Bétons préfabriqués du Lac, Devinci et STAS ont suffisamment impressionné Montréal, New York et les alumineries de la planète pour modifier l'image d'une région jadis dépendante de la grande industrie. Même si RTA demeure la puissante locomotive de l'économie, les PME offrent maintenant un éventail de produits à valeur ajoutée.

Mais pour poursuivre leur élan et affronter les défis de la mondialisation, elles ont besoin d'un financement adéquat. Ce n'est pas nouveau. Elles l'ont répété sur toutes les tribunes et à la moindre occasion. L'État et la grande industrie ont finalement entendu leur appel.

Ottawa avec son nouveau ministre de la croissance économique des régions du Québec, Denis Lebel, vient à leur rescousse. En 2010, Rio Tinto Alcan est également entrée résolument dans le mouvement, à l'invitation de l'Association des CLD (Centres locaux de développement) du SaguenayLac-Saint-Jean. Elle a confié un premier million$ au FRTA-02, le Fonds régional de la transformation de de l'aluminium. Jeudi dernier, au Manoir du Saguenay, RTA ajoutait 275 000$ à sa mise initiale, et Claudia Fortin, la présidente du FRTA-02, indiquait que les quelque 8,5 millions$ «générés en investissement» dans 17 entreprises avaient produit 58 nouveaux emplois et en avaient préservé 304 autres.

Il s'agit de prêts consentis à des taux d'intérêt préférentiels, sans garantie, remboursables dans un échéancier de cinq ans. Les PME qui en bénéficient n'effectuent le premier versement qu'après trois ans.

Ce soutien n'est probablement pas étranger à l'optimisme plus vibrant qu'ailleurs au pays qui anime les PME du Québec, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Espérons que la pénurie de main-d'oeuvre bien formée qui se profile comme une menace n'assombrira pas l'horizon. Ni aussi ce chambardement au CTA ordonné par des agents d'Ottawa indifférents aux préoccupations régionales.

Dépouillé de son autonomie et placé sous le chapiteau de l'Institut des matériaux industriels, le Centre ne sera plus au service de nos PME. Il servira, prévoient des spécialistes consultés sous le sceau de l'anonymat, des clients industriels qui rentabiliseront ses activités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer