Stéphane Bédard est optimiste

Des pourparlers ont actuellement lieu concernant l'avenir de... ((Archives))

Agrandir

Des pourparlers ont actuellement lieu concernant l'avenir de la prison de Chicoutimi.

(Archives)

Partager

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

(Chicoutimi) Des pourparlers ont actuellement lieu concernant l'avenir de la prison de Chicoutimi. S'il refuse d'annoncer quoi que ce soit, le président du Conseil du Trésor et député de Chicoutimi, Stéphane Bédard, assure qu'il travaille fort pour conserver des services carcéraux dans la métropole régionale. Et le ministre est optimiste.

L'un des principaux engagements électoraux de Stéphane Bédard, lors de la dernière campagne, était la survie des acquis au centre de détention de Chicoutimi, malgré la construction du Centre de détention régional à Roberval. L'engagement était clair: maintenir suffisamment de places à Chicoutimi pour répondre aux besoins. À l'époque, le gouvernement libéral avait fermé la porte à toutes discussions, estimant qu'il était trop tard pour modifier la décision, puisque les travaux de construction de la nouvelle prison devaient s'amorcer cet automne à Roberval.

Deux mois après son élection, Stéphane Bédard confirme que des rencontres ont eu lieu entre les acteurs du milieu carcéral et le gouvernement du Québec. «J'ai moi-même rencontré le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, à deux reprises sur le sujet. Je ne peux pas annoncer quoi que ce soit, mais je peux vous dire que je suis optimiste. Il y a une ouverture de la part du ministre. Je travaille fort là-dessus», note le député péquiste de Chicoutimi.

Stéphane Bédard tient à répéter que le maintien des services à Chicoutimi ne viendrait pas freiner la construction du Centre de détention de Roberval. Il a d'ailleurs toujours appuyé ce projet. «Nous pouvons démontrer que les deux projets sont réalisables. Il n'en coûterait pas plus cher, au contraire», note le député.

Par ailleurs, Stéphane Bédard est conscient que l'établissement de la rue Price est vieux et en mauvais état. «C'est certain que la prison actuelle n'est pas l'endroit idéal. Ce n'est pas commun de voir un établissement de détention au coeur d'un centre-ville. On regarde toutes les possibilités», note le député de Chicoutimi. Une soixantaine d'agents correctionnels sont concernés à Chicoutimi, où plus de 50% des comparutions de prévenus et de détenus sont faites au palais de justice de la rue Racine.

Prison de Roberval

La livraison du futur établissement de détention est prévue pour le mois de décembre 2014. Ce projet est estimé à plus de 115 millions$. L'établissement comprendra 180 cellules et offrira 31 places de plus que comptent, ensemble, les établissements de Roberval et Chicoutimi.

La moitié des quelque 40 lots d'appels d'offres pour la construction du futur Centre de détention régional de Roberval ont déjà été publiés. Certains devraient suivre au cours de l'automne, alors que d'autres seront lancés le printemps prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer