Le propriétaire de l'ancienne église Fatima attend le feu vert des élus

Condamnée à la démolition

Si le propriétaire de l'ancienne église obtient la... (Archives)

Agrandir

Si le propriétaire de l'ancienne église obtient la permission de la démolir, il faudra d'abord faire enlever l'amiante à l'intérieur du bâtiment.

Archives

Partager

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(JONQUIÈRE) Considérée comme une oeuvre architecturale unique dessinée par les architectes Léonce Desgagnés et Paul-Marie Côté, l'ex-église Notre-Dame-de-Fatima, de Jonquière, est condamnée au pic des démolisseurs d'ici au 1er mars prochain.

C'est l'opinion de son propriétaire, Bernard Larouche, qui n'attend que les autorisations des élus de Saguenay pour jeter à terre l'immeuble en forme de tipi amérindien. À défaut de quoi, il menace de fermer les livres sur son projet de construction d'une quarantaine d'unités de logement le long de la rue de Montfort.

À l'occasion d'une visite effectuée sur le site extérieur et à l'intérieur du bâtiment qui a déjà apparu au Guide Michelin, le promoteur immobilier a fait le point sur l'état du dossier. «J'ai hâte qu'elle soit démolie. Je n'attends que la confirmation des élus de Saguenay pour procéder à la démolition», affirme d'entrée de jeu M. Larouche.

Depuis plusieurs mois, le promoteur a logé une demande de permis de démolition de l'église au comité consultatif d'urbanisme en dépit de l'adoption par Saguenay d'un règlement de protection et la mise en valeur du patrimoine religieux à Saguenay en mai 2006. C'est cette année-là que l'église a été désacralisée et revendue à une corporation autochtone qui l'a par la suite revendue à M. Larouche.

Le promoteur avait planifié la conversion de l'église en immeuble à condominiums étalés sur plusieurs étages, un projet qui a été abandonné l'été dernier. «Convertir l'immeuble aurait été très compliqué techniquement. L'immeuble est recouvert d'amiante au complet à l'intérieur. Il était impossible de percer des fenêtres. Si on le convertit, il faut le mettre aux normes. Il aurait fallu vendre des condominiums à 300 000$ l'unité. On a essayé de trouver une solution, mais il n'y a rien à faire avec ça. La semaine prochaine, on va demander un permis à la ville pour procéder à l'enlèvement de l'amiante, ce qui va coûter 225 000$. C'est obligatoire d'enlever l'amiante avant de démolir», afffirme-t-il.

Lacunes

Une visite du bâtiment permet de constater que ce patrimoine bâti a été laissé à lui-même depuis 2006 en raison de l'absence de système de chauffage qui a laissé l'humidité envahir les lieux, de la détérioration des parois intérieures et extérieures, de la présence de trous de carottage qui laisse passer l'air extérieur, des vitraux qui commencent à s'effondrer etc. Le presbytère est en train d'être converti en unités de logement. En fin de semaine dernière, les érables matures ont été coupés.

À ceux qui argumentent que l'immeuble devrait être conservé en raison de sa reconnaissance au plan international, M. Larouche affirme que le bâtiment a été conçu par les architectes davantage comme une oeuvre artistique que comme un bâtiment adapté au climat canadien.

«On a beau vouloir conserver une oeuvre architecturale, il faut quelqu'un pour payer son entretien. Si c'est un joyau, que quelqu'un l'achète. C'est évident qu'en la démolissant, on va déplaire à certains, mais c'est la logique qui prévaut», déclare-t-il.

M. Larouche a déploré l'attitude des élus de Saguenay qui laissent traîner le dossier alors qu'il possède des promesses d'achat pour ses condominiums conditionnellement à la démolition de la bâtisse.

Lors de sa dernière réunion, le comité consultatif d'urbanisme a différé l'octroi du permis de démolition afin de que le Service d'aménagement du territoire et de l'urbanisme vérifie auprès du ministère de la Culture et des Communications la disponibilité de subvention pour restaurer l'église. «Il faut que le 1er mars, l'église soit démolie, parce que je dois livrer des unités pour le 1er juillet. Si ce n'est pas fait, j'abandonne tout», conclut le promoteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer