La SÉPAQ investit au lac des Canots

Le parc des Monts-Valin s'apprête à doubler le nombre de visiteurs sur son... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

(Photo Jeannot Lévesque)

Partager

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le parc des Monts-Valin s'apprête à doubler le nombre de visiteurs sur son territoire d'ici cinq ans en misant sur une clientèle internationale avec le projet Dubuc, un développement de 1,8 million$ au lac des Canots au pied de la Vallée des fantômes.

D'ici quelques jours, les amants de la nature en mal de nouveauté pourront réserver leur place dans l'un ou l'autre des trois chalets Nature, d'une série de dix projetés, qui seront mis en location par la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) dans le secteur de la Baie d'Alexis.

Une visite effectuée sur le toit de la région en compagnie du directeur du parc, François Guillot, a permis de constater que la SÉPAQ, ne mise plus uniquement sur l'aménagement de refuges et de camps sommaires pour attirer les touristes. Un véritable petit village touristique est sur le point de naître avec la construction de chalets confortables dotés du service d'électricité et d'installations sanitaires. Les bâtiments, de 16 pieds par 20 pieds, finis en pin à l'intérieur et lambrissés de bois d'épinette à l'extérieur et offrant une vue sur les montagnes. Chacun a été dessiné exclusivement pour la SÉPAQ et pourra recevoir quatre personnes. Ils font partie d'une nouvelle série de 35 chalets que la SÉPAQ érige dans différents parcs de la province.

Ce petit village aura comme chef-lieu, le chalet Antoine-Dubuc, propriété de la Pulperie de Chicoutimi, qui fera l'objet de rénovations l'an prochain de 600 000$ afin de le convertir en pavillon d'accueil. Le chalet se trouve en dehors des limites du parc sur un territoire contigu.

Selon M. Guillot, l'engouement pour le parc des Monts-Valin ne se dément pas depuis sa création. «En 2004, lorsque je suis arrivé à la direction générale, on pouvait compter 17 000 jours/visite. En 2012, nous en sommes à 35 000 jours. Les samedis et dimanches de la fin de l'été et à l'automne, on remplit le stationnement. L'été et l'automne, on atteint 40% de notre chiffre d'affaires, ce qui nous surprend un peu. L'hiver demeure notre plus grosse période de fréquentation. Pendant les fêtes, au congé de la relâche, on est bloqués», déclare M. Guillot.

Le visiteur-type est généralement âgé de plus de 45 ans, professionnel avec des revenus supérieurs, mais surtout 75% d'entre eux proviennent de l'extérieur de la région. «Avec le projet Dubuc, dans la Baie d'Alexis, on vise à atteindre une clientèle internationale qui provient d'Europe. Au niveau du marketing, nous allons travailler avec un grossiste et un tour opérateur pour la vente de forfaits».

D'ici cinq ans, le parc des Monts-Valin se donne comme objectif de recevoir 75 000 personnes en investissant dans le développement d'aires de camping, d'hébergement dans le piémont ainsi que dans l'agrandissement du stationnement et l'amélioration des chemins et sentiers pédestres.

Les investissements réalisés par la SÉPAQ ne sont pas financés à même des subventions gouvernementales, selon M. Guillot, puisque du financement autonome permet d'aller de l'avant. «La SÉPAQ exige un rendement sur investissement de 13% après que toutes les dépenses aient été payées», conclut M. Guillot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer