L'Ascension entame le dernier droit

La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) écrit présentement le... (Photo Gimmy Desbiens, Le Quotidien)

Agrandir

Photo Gimmy Desbiens, Le Quotidien

Partager

Sur le même thème

(L'ASCENSION) La Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) écrit présentement le chapitre final de l'histoire du site d'enfouissement de L'Ascension, objet d'affrontements épiques au milieu des années 2000.

Le 31 décembre 2013, le Lieu d'enfouissement technique (LET) fermera définitivement ses portes. Vendredi, les administrateurs de la RMR ont convié la presse afin de souligner l'aménagement de la dernière cellule du site, laquelle pourra accueillir environ 60 000 tonnes de déchets. Il s'agit de l'équivalent d'une année de résidus pour l'ensemble du territoire du Lac-Saint-Jean.

Entre autres motivations, la RMR souhaitait rappeler les imposantes mesures de sécurité qui entourent la construction des nouveaux LET, alors que devraient bientôt s'amorcer les travaux dans le secteur d'Hébertville-Station. Aussi avait-on invité le chargé de projets de l'organisation, Jonathan Sainte-Croix, pour qu'il explique de façon détaillée les étapes menant à la mise en marche d'une cellule d'enfouissement. Pose d'une natte benthonique, de deux membranes et d'un géofilet de drainage, sable, terre et ensemencement, couche drainante et géotextile de protection: rien n'est laissé au hasard pour que le lixiviat demeure coincé à jamais dans cet immense bassin d'une superficie de 11 500 mètres carrés.

Le coût de cette étape ultime, en incluant le recouvrement hermétique de la cellule et l'installation d'un système de captation des biogaz, atteindra 2,6 millions de dollars.

Direction Hébertville-Station

En 2007, un fort mouvement de contestation est né à L'Ascension. Après des décennies à accueillir les déchets de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, la population s'est soulevée et a obtenu, au terme d'un combat abondamment médiatisé, la promesse d'une fermeture en 2013.

Directeur général de la RMR, Guy Ouellet croit être en mesure de respecter cet échéancier et transférer les activités à Hébertville-Station.

En décembre, la RMR devrait avoir répondu à toutes les questions ministérielles quant à sa démarche. Quelque part en février, des audiences publiques devraient avoir lieu. Si tout se déroule tel que le souhaite le responsable, une cellule et un bassin d'accumulation du lixiviat devraient être en place à temps pour le 1er janvier 2014. Une douzaine de cellules supplémentaires seront ensuite aménagées sur une période d'une année et demie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer