Ancien terrain de Chic Pontiac

La facture atteint un million de dollars

Le terrain de l'ancien Chic Pontiac accueillera un... (Archives Michel Tremblay)

Agrandir

Le terrain de l'ancien Chic Pontiac accueillera un complexe de santé et de beauté dont la construction devrait être complétée à l'automne 2012.

Archives Michel Tremblay

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Le dossier de l'ancien terrain de Chic Pontiac, sur la rue Racine, est en train de tourner au cauchemar pour les autorités de Saguenay. La décontamination du terrain ne coûtera pas 300 000$, mais bien un million de dollars.

Le maire Jean Tremblay commence à en avoir assez de ce dossier. Au départ, les élus avaient planifié un budget de 140 000$ pour décontaminer le sol sous l'ancien commerce. Au début du mois d'avril, ils ont dû ajouter un montant de 190 000$ pour faire face à une nouvelle tuile, ce qui amenait la facture à 330 000$.

«Plus on avance dans ce dossier, plus ça va mal», lance Jean Tremblay en entrevue avec Le Quotidien.

«Chaque fois que l'on creuse, on découvre de la nouvelle contamination. Nous sommes partis de 300 000$ et là nous sommes rendus à 1 M$. Pourtant, les analyses ont été faites par des experts. C'est vraiment décourageant comme situation», ajoute-t-il.

Le maire a décidé d'envoyer un nouveau groupe d'experts afin de s'assurer que la situation était sous contrôle.

«Nous avons vendu le terrain pour la somme de 219 000$. Il nous faudra deux années de perception de la taxe municipale pour rembourser les frais de décontamination. Deux années où nous ne pourrons compter sur ces revenus», précise Jean Tremblay.

Il faut savoir que le propriétaire du terrain l'avait cédé à la ville pour la somme symbolique de 1$ et que les élus avaient laissé tomber les deux années où la taxe municipale n'avait pas été payée.

Pour le moment, le processus de décontamination a été réalisé et la construction du nouveau complexe de santé et de beauté devrait être finie à temps pour l'automne 2012. Au cours des opérations de creusage, les travailleurs ont découvert des sections où il y avait de l'huile à moteur et même des arbres, probablement en raison de remplissage effectué il y a plusieurs dizaines d'années.

«Nous avons procédé dans ce dossier, car j'estime qu'il faut développer la rue Racine», conclut le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer