Pascal Tremblay refusera son augmentation de salaire

Pascal Tremblay, un fonctionnaire à l'emploi de la... (Photo Michel Tremblay)

Agrandir

Pascal Tremblay, un fonctionnaire à l'emploi de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, refusera sa prochaine augmentation de salaire prévue le 1er avril.

Photo Michel Tremblay

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(LA BAIE) Pascal Tremblay, un fonctionnaire à l'emploi de la Commission scolaire des Rives- du-Saguenay, veut faire sa part pour améliorer les finances de la province tout simplement en refusant sa prochaine augmentation de salaire prévue le 1er avril prochain.

L'homme qui travaille au développement de l'entrepreneuriat étudiant et aspire à devenir candidat de la Coalition pour l'avenir du Québec (CAQ) à la prochaine élection a fait part de sa décision par voie de communiqué hier. « Je fais cet acte par responsabilité individuelle. C'est une démarche qui me permet de dire aux syndicats et au gouvernement qu'ils sont tout à fait irresponsables d'accorder une augmentation salariale de 1,5 % quand les intérêts sur la dette représentent 10 % des dépenses de la province. «

M. Tremblay est inquiet que la dette de la province passe de 183 G$ en 2011 à 211 G$ en 2017. Il déplore que l'entente intervenue entre le gouvernement du Québec et ses employés en 2011 prévoie une hausse de 10,5 % sur cinq ans, ce qui représente des coûts de 2,7 G$ supplémentaires. Selon lui, il n'est peut-être pas loin le jour ou le Fonds monétaire international interviendra pour exiger un redressement des finances publiques.

« Ce matin (hier), j'ai envoyé un courriel à mon département des ressources humaines et à mon syndicat. Je m'attends à une réponse fort négative de leur part demain matin (aujourd'hui). J'incite les gens à faire comme moi. Je ne m'attends pas à de gros résultats. Lorsque je vais entrer au travail, ce ne sera pas drôle. «

Toutefois, il espère que sa prise de position saure soulever assez de poussière pour provoquer un débat public.

Interrogé sur le fait qu'une telle position est susceptible d'enlever du pouvoir d'achat aux citoyens, M. Tremblay considère au contraire que ce sont les hausses de taxes et d'impôt qui sont à l'origine de l'écrasement du pouvoir d'achat. Selon lui, il est temps de mettre l'argent à la bonne place.

M. Tremblay affirme qu'il est détenteur d'un baccalauréat en administration à l'UQAC et d'un certificat en éducation et en informatique. Il ne cache pas qu'il a des ambitions politiques après avoir oeuvré depuis 1991 comme militant du Parti Québecois dans Chicoutimi jusqu'à la fin de l'année 1996. M. Tremblay souhaite devenir le premier candidat de la CAQ dans Dubuc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer