• Le Quotidien 
  • > Extorsion, intimidation, voies de fait graves et complot : quatre individus comparaissent 

Extorsion, intimidation, voies de fait graves et complot : quatre individus comparaissent

Sandro José... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Sandro José

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Trois individus originaires de la région de Montréal et un Jonquièrois ont comparu, lundi après-midi, devant le juge Jean Hudon, au Palais de justice de Chicoutimi. Ils font face à des accusations d'extorsion, intimidation, voies de fait graves et complot dans ce qui semble être un règlement de comptes ayant causé des blessures graves à un homme connu du secteur de La Baie.

Éric Tremblay... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Éric Tremblay

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Éric Tremblay, 35 ans, de Jonquière, Djiezion Magnusson, 32 ans, Louis Vladimir Bataille, 27 ans, et José Sandro, 22 ans, ont été accusés d'avoir battu à coups de bâton le Baieriverain, lui infligeant ainsi des fractures aux membres et de sévères blessures à la tête, dimanche après-midi.

Selon le récit des événements effectué par Me Julien Boulianne, avocat de la défense, et Bruno Cormier, porte-parole de Sécurité publique de Saguenay, les trois Montréalais, dont deux n'ont pas d'adresse connue, se sont déplacés dans la région munis d'une liste de trois noms et adresses de personnes à « visiter ». « Lorsqu'ils se sont présentés à une première adresse à La Baie, ils ont tenté de rencontrer une personne. La personne sur place a refusé d'ouvrir le bâtiment ciblé. Ils ont quitté pour se rendre à un second endroit. C'est à ce moment que ç'a dégénéré et que l'individu a été agressé. La victime est connue de la police, mais pas pour des affaires judiciaires », a précisé M. Cormier.

Selon nos sources, la victime serait un homme oeuvrant dans le monde des affaires.

Me Boulianne a mentionné que les clients qu'ils représentent ont visité les deux individus en prétendant venir collecter une dette qui, désormais, leur appartenait tout en exigeant le paiement. « Lors de la visite de la première personne, il n'y a pas eu d'actes de violence. C'est à la rencontre avec la deuxième personne que la situation a dégénéré et que la victime a été passée à tabac. »

Me Boulianne a ajouté qu'à ce stade-ci de l'enquête, aucune information n'a été obtenue à l'effet que les individus seraient reliés au crime organisé ou à des gangs de rue. Étant donné que la victime n'a pas encore été rencontrée, que son état de santé n'est pas encore connu et que d'autres éléments d'enquête pourraient s'ajouter au dossier, Me Boulianne n'a pas exclu que d'autres accusations puissent s'ajouter.

Le procureur de la Couronne, Me Sébastien Vallée, s'est opposé à la remise en liberté des individus et a demandé au juge Hudon qu'il ordonne aux individus impliqués de ne pas communiquer entre eux.

Par ailleurs, aucune information n'a filtré concernant une autre personne qui aurait subi une raclée dans le secteur de Jonquière. Selon Bruno Cormier, il n'y aurait pas de liens entre les événements survenus à La Baie et ce qui s'est passé à Jonquière.

Rappelons qu'après avoir quitté La Baie, le quatuor circulant à bord d'une voiture a été intercepté par plusieurs patrouilles sur l'autoroute 70 à la hauteur de la sortie Saint-Paul.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer