Gino Paquet demeure détenu

Gino Paquet est accusé d'avoir créé de la... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Gino Paquet est accusé d'avoir créé de la méthamphétamine dans un laboratoire artisanal aménagé dans sa résidence de Dolbeau-Mistassini.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le fabricant et trafiquant de méthamphétamines de Dolbeau-Mistassini Gino Paquet va rester derrière les barreaux pour la suite des procures judiciaires.

Le juge Richard P. Daoust s'est opposé à sa remise en liberté. Il a déterminé que les risques de récidives étaient trop élevés pour lui permettre de suivre une thérapie fermée et ensuite vivre chez sa mère.

Ce sont les antécédents judiciaires de Paquet, jumelé à la qualité de la preuve déposée, qui ont convaincu le juge de prendre cette décision. Les policiers ont saisi dans son logement une presse pour fabriquer des comprimés de méthamphétamine, près de 12 000 « peanuts », de la matière pour en fabriquer près de 5000 et des armes prohibées. « Il s'agit d'un laboratoire de fabrication qui a nécessité la construction d'une cache, ce n'est pas banal », a-t-il indiqué.

Bien que sa mère et son conjoint étaient prêts à déposer une caution de 5000 $, le juge Daoust craint qu'à sa sortie de thérapie, Paquet retombe dans la vente parce qu'il n'a pas de revenus et que le réseau auquel il s'approvisionnait existe toujours.

« De plus, sa mère n'a pas eu assez d'ascendant sur lui au cours des 24 dernières années pour le convaincre de cesser sa consommation. De plus, il n'a pas présenté de projets concrets de sortie », a-t-il témoigné.

Finalement, le juge considère que la vente de méthamphétamines est « un fléau » qu'il faut essayer d'enrayer. La drogue est accessible et pas chère pour des personnes vulnérables. « Jamais vous ne vous êtes préoccupé des conséquences sur les consommateurs », lui a-t-il reproché.

L'accusé est passible d'une peine minimale de deux ans. Selon le juge, la sentence pourrait être encore plus sévère s'il est reconnu coupable.

Paquet reviendra à la Cour le 2 mai pour la suite des procédures.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer