• Le Quotidien 
  • > L'ERD veut impliquer la population dans les prises de décision 

L'ERD veut impliquer la population dans les prises de décision

La chef de l'ERD et conseillère municipale, Josée... (Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La chef de l'ERD et conseillère municipale, Josée Néron, a proposé jeudi une politique de consultation citoyenne afin d'intégrer davantage la population lors des prises de décisions.

Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La conseillère municipale et chef de L'ERD, Josée Néron, a présenté aux médias le contenu d'une politique de consultation citoyenne qui a pour objectif d'améliorer le fonctionnement de la ville et surtout d'intégrer les préoccupations de la population dans les projets qui ont un impact sur la collectivité.

Cette politique, a insisté la conseillère municipale, ne sort pas de la cuisse de Jupiter. Elle a été préparée par l'ERD à partir de politiques semblables de consultation citoyenne en vigueur dans les villes de Québec, Montréal et Gatineau. Cette politique ne deviendrait pas un doublon des dispositions de la Loi des cités et villes qui comporte des mécanismes de consultation pour tout le volet des règlements d'emprunt ainsi que les modifications au règlement de zonage. Dernièrement, la ville a mené une consultation sur la révision du Plan de gestion des matières résiduelles.

Malgré l'importance de ce projet qui a un impact direct sur le compte de taxes, les citoyens ont été peu nombreux à se présenter aux consultations. La chef de l'ERD rétorque que ce n'est pas une raison pour repousser du revers de la main une politique dont l'objectif est d'améliorer le fonctionnement de la municipalité pour l'adapter aux nouvelles réalités de gouvernance.

« Nous avons organisé une consultation et elle a attiré une trentaine de personnes », a rappelé la conseillère municipale. Pour le moment, elle croit que la ville aurait tout intérêt à prendre ce virage. À titre d'exemple, elle indique que la ville aurait pu consulter sur le concept de Place du citoyen au lieu d'imposer un projet qui a soulevé sa part de critiques.

« Une politique de consultation citoyenne est un guide pour les élus qui leur permet de déterminer quand, sur quels sujets et comment consulter. À l'ère où les enjeux sont de plus en plus complexes et où les médias sociaux prennent de plus en plus de place, nous avons avantage à impliquer les citoyens dans les processus décisionnels. Comme ville, nous pourrons prendre des décisions qui répondront aux besoins des citoyens. Cela peut se traduire en économies pour les contribuables », insiste la chef de l'ERD.

Josée Néron indique que cette politique doit contenir une vaste gamme d'outils qui permettront de recueillir les points de vue dans différents dossiers. Il n'est pas nécessaire de mettre en place un seul processus. Il peut y avoir des séances d'information suivies de rétroaction de la ville, des consultations plus formelles ou des échanges par différentes technologies aujourd'hui facilement accessibles. L'idée de base était d'adapter la consultation à la nature d'un projet.

L'ERD propose tout de même des consultations obligatoires sur certains sujets plus sensibles. C'est le cas des grandes orientations de la ville ou des travaux menant à l'élaboration du plan triennal. Les très grands projets comme la réfection du Centre Georges-Vézina devraient, selon Josée Néron, être soumis à la consultation publique.

Dans un tout autre ordre d'idée, la chef de l'ERD assiste en spectateur à la première prise de bec entre le maire Jean Tremblay et la nouvelle députée de Chicoutimi Mireille Jean. Le maire a demandé publiquement à la nouvelle députée de revenir à de meilleurs sentiments en réponse à une déclaration de Mireille Jean à l'effet que Jean Tremblay avait annoncé qu'il quittait ses fonctions au terme du mandat actuel.

« À titre de chef de l'ERD, je n'ai pas à prendre position pour une formation politique à un autre palier de gouvernement. Nous devons travailler pour l'ensemble des citoyens pour améliorer la ville. Le maire Jean Tremblay s'est lui-même placé dans une situation délicate en donnant son appui à Mme Francine T. Gobeil et en demandant aux citoyens d'agir de la sorte », a conclu Mme Néron.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer