Courage, le printemps s'en vient

Les déneigeurs ont connu une semaine occupée... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les déneigeurs ont connu une semaine occupée

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Deux tempêtes de neige en autant de jours ont eu raison de votre patience? Courage. Le printemps n'arrivera pas le 21 mars, mais la semaine prochaine au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Oui, oui, pas plus tard que lundi, Météomédia nous promet un beau changement. Le mercure va flirter avec le zéro et même au-dessus. Et ce ne sera pas que pour une seule journée.

«On verra définitivement la fin de l'hiver tel qu'on le connaît, dès la semaine prochaine. Ça ne veut pas dire qu'on n'aura pas un revers avec du froid et de la neige, mais on change de régime, le printemps sera là», affirme le météorologue André Monette.

5 degrés plus chaud

Ce printemps hâtif s'inscrit dans la continuité d'un hiver qui fut le deuxième plus chaud en 75 ans. Pour les trois mois les plus froids de l'année, décembre, janvier et février, on a eu une moyenne globale jour et nuit de -9 degrés Celsius, soit 5 degrés plus chaud que la normale de -14. André Monette note qu'on est ainsi passé à 0,1 degré d'égaler le record de chaleur enregistré en 2010.

Avec le froid et les tempêtes des derniers jours, les gens ont peut-être l'impression d'y avoir goûté, mais en fait, ce n'est que depuis la Saint-Valentin qu'on a eu droit à un cocktail météo. Par exemple, il y a deux semaines, nous avions reçu moins de neige que la normale. Ce n'est plus le cas depuis mercredi. On a rattrapé la normale saisonnière.

«Ce type de météo où on voit défiler les systèmes nous amène au printemps. Cette année, nous l'avons un peu plus tôt», analyse le météorologue.

Les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là. Le printemps nous réserve habituellement de 45 à 50 centimètres de neige en mars et une vingtaine en avril. Ce sera moins cette année. Ensuite, nous aurons un mois de mai chaud et sec, une tendance qui devrait se poursuivre à l'été.

Faire des prévisions à long terme est toujours un exercice périlleux, mais André Monette dit que les modèles laissent entrevoir un été plus beau que 2014.

«Après un beau mois de mai, nous avions eu un mois de juin plus froid, ce qui est très rare. Ça ne devrait pas être le cas cette année, car on prévoit que la tendance des températures au-dessus de la normale va se poursuivre et qu'on aura droit à moins de précipitations, de telle sorte qu'on aura plus de journées ensoleillées», conclut le spécialiste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer