• Le Quotidien 
  • > Relais du mont Apica: déjà trop petit 

Relais du mont Apica: déjà trop petit

Si au départ le développement du mont Apica... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Si au départ le développement du mont Apica ne visait que la motoneige, les bénévoles du club veulent maintenant attirer les quadistes du Québec.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le Club de motoneigistes du Lac-Saint-Jean prévoit agrandir le relais du mont Apica, construit il y a quelques mois à peine, et souhaite ouvrir les lieux aux quadistes.

C'est ce qu'a annoncé Daniel Perron, représentant du club, en marge de l'inauguration officielle du relais qui s'est déroulée vendredi dans la Réserve faunique des Laurentides. Depuis son ouverture, le chalet est toujours rempli à sa pleine capacité. Des gens font parfois la file à l'extérieur en attendant une table pour manger.

«C'est tous les jours plein. Et ça, c'est extraordinaire. Car c'est de l'argent qui vient se dépenser chez nous. Mais on s'aperçoit que ce n'est pas assez grand. Les gens attendent dehors ou rebroussent chemin parfois. C'est pour ça qu'on veut agrandir. Les plans sont en train de se dessiner», a laissé tomber M. Perron.

«On voit bien que c'est trop petit. Les membres du club de motoneige devront retourner voir les partenaires. Si jamais il y a agrandissement, je suis convaincu que nos députés vont nous aider à obtenir de l'argent», a ajouté le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis, quelques jours après avoir critiqué publiquement le manque de volonté des députés de la région.

Si au départ le développement du mont Apica ne visait que la motoneige, les bénévoles du club veulent maintenant attirer les quadistes du Québec.

«Il n'y aura pas que des motoneigistes qui vont venir au mont Apica et à l'Étape. Dans le développement touristique du gouvernement, les VTT sont une priorité. Faire du quad dans une ville, ça ne se fait pas. Mais faire du VTT dans un parc forestier comme celui du mont Apica, c'est extraordinaire. On va travailler pour faire du mont un parc nature pour les VTT et les motoneiges. Il n'y aura rien de plus plaisant que de venir faire quelques jours dans la région pour profiter de cet endroit», a mentionné M. Perron.

Pour développer davantage le site, dont l'agrandissement du relais, le club devra renégocier avec les propriétaires de l'Étape qui, rappelons-le, détiennent les droits exclusifs dans la Réserve faunique des Laurentides pour l'exploitation d'un restaurant et d'un poste d'essence. Avant de construire le relais et la halte du mont Apica, les bénévoles devaient obtenir l'accord des gens de l'Étape. Des conditions ont été négociées entre les parties, mais un agrandissement des lieux et une ouverture en été ne faisaient pas partie de l'entente.

«L'Étape est un gros partenaire. Les motoneigistes viennent ici et vont à l'Étape. Plus de gens vont venir dans la région si on a de belles infrastructures. C'est bon pour tout le monde», a exprimé M. Perron, confiant de s'entendre avec les propriétaires de l'Étape.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer