Fin magique pour les Voyageurs

Les 1060 partisans présents ont eu droit à... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les 1060 partisans présents ont eu droit à tout un spectacle de baseball.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Voyageurs de Saguenay ont signé une victoire aussi historique que mouvementée, hier soir, en l'emportant 6-5 sur les Bisons de Saint-Eustache pour ainsi enlever les honneurs de la série 4-2 et accéder au carré d'as de la Ligue de baseball élite du Québec.

Les quelque 1060 spectateurs présents au stade Richard Desmeules ont bruyamment manifesté leur appréciation à la première participation des Voyageurs à une demi-finale depuis la création de la LBEQ en 1995. Toutefois, cette première en vingt ans aura été marquée par une controverse, à l'issue d'une dernière manche mouvementée et émotive. Les Bisons, qui tiraient de l'arrière 5-1, ont effectué une spectaculaire remontée à leur dernière présence au bâton pour niveler la marque 5-5. Malgré ce revirement de situation, les Voyageurs se sont présentés au bâton avec détermination. Vincent Ouellette, qui a pris la relève de Guillaume Blanchette en début de sixième, n'avait plus qu'un retrait à concrétiser pour forcer une prolongation. Toutefois, les locaux avaient réussi à placer un joueur au deuxième (Justin Lévis) et c'est ce dernier qui a réussi à glisser au marbre sur un coup sûr d'Anthony Sirois. L'arbitre au marbre, Jean-François Fleurant, l'a déclaré sauf deux fois plutôt qu'une, puisqu'il a jugé que Lévis avait atteint le marbre avant que le receveur Jean-Philippe Rousseau ne le touche. Puis, il a aussi décrété que Rousseau avait fait obstacle au coureur, ce qui confirmait aussi le point victorieux des Voyageurs.

Cette décision a soulevé la colère des visiteurs. Furieux, le joueur Jérémy Lanctôt s'est rué sur l'officiel en le bousculant à deux reprises avant que ses compagnons ne s'interposent. Les dirigeants des Bisons ont ensuite logé un protêt, mais après un moment de délibération en retrait des deux formations, les officiels ont maintenu leur décision. Les joueurs des Voyageurs ont enfin pu célébrer cette grande première tandis que plusieurs joueurs des Bisons ne décoléraient pas.

Suspense jusqu'à la fin

Les amateurs de baseball présents au match d'hier en ont eu pour leur argent, ne serait-ce qu'avec les trois dernières manches. Les Bisons avaient misé sur leur as lanceur Guillaume Blanchette, rappelé de son collège américain pour l'occasion , tout comme le receveur Jean-Philippe Rousseau. Ce dernier a commencé à être moins efficace en cinquième et les Voyageurs en ont profité pour engranger trois points et prendre les devants 4-1 au grand plaisir des partisans. Ce fut d'ailleurs la fin pour Blanchette qui a cédé sa place à Vincent Ouellette pour les deux dernières manches.

De son côté, le partant des Voyageurs, Édouard Delage, a livré toute une performance en limitant les Bisons à un seul point après cinq manches. Toutefois, en sixième, la situation s'est corsée, car les Bisons ont profité de deux buts sur balles et d'un coup sûr pour remplir les buts. Le vétéran Vincent Knerr, dont c'est la dernière année, s'est amené en relève pour tirer les marrons du feu en effectuant le dernier retrait.

En fin de sixième, les Voyageurs ont conforté leur avance à 5-1, mais voilà qu'en septième, Knerr qui n'avait plus qu'un retrait à effectuer pour confirmer leur victoire, a lui aussi commencé à éprouver des difficultés. La phrase célèbre de Yogi Berra, «ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini», a pris tout son sens. Alexandre Massicotte s'est présenté au bâton avec des buts remplis et a frappé un coup sûr bon pour trois points, avant d'arrêter sa course au troisième. Félix Morier-Paradis a lui aussi frappé un coup sûr qui a permis à Massicotte de marquer le point égalisateur, semant l'euphorie dans le camp des visiteurs et jetant une douche d'eau froide sur la foule. Les Voyageurs ont gardé leur sang-froid et effectué le dernier retrait avec le joueur suivant, mais la pression était palpable. Le suspense était à son maximum et l'issue de la rencontre a finalement été heureuse pour les locaux.

La victoire a été créditée au dossier de Knerr et défaite à celui de Ouellette. Nul doute que cette victoire décisive restera gravée dans la mémoire de bien des partisans!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer