L'humoriste en spectacle à La Baie

Rousseau, l'homme à tout faire

Stéphane Rousseau se décrit comme étant fainéant, macho,... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Stéphane Rousseau se décrit comme étant fainéant, macho, moqueur, mange marde et, oui, un peu princesse. Exit les déhanchements et le crooner, mais chassez le naturel et il revient rapidement au galop.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Difficile de dire à quoi on assiste quand on se présente à un spectacle de Stéphane Rousseau. Théâtre, variété, chanson, humour? C'est peut-être un mélange de tout ça, finalement. Hier soir, au Théâtre du Palais municipal de La Baie, c'est ce à quoi ont eu droit les quelque 900 spectateurs présents avec, en prime, le musicien baieriverain William Croft qui était de la partie.

De retour sur scène après ses Confessions, l'entertainer qu'est Stéphane Rousseau présente Un peu princesse, son nouveau spectacle. Il se décrit comme étant fainéant, macho, moqueur, mange marde et, oui, un peu princesse. Exit les déhanchements et le crooner, mais chassez le naturel et il revient rapidement au galop. Mais à 48 ans, Stéphane Rousseau a vieilli. Il ressemble encore à «Brad Pitt sur le dos, mais plus à Gaétan Barrette couché sur le côté».

L'humoriste s'est dit bien heureux d'être de retour dans une petite ville de province et d'y présenter un spectacle intimiste après une carrière internationale l'ayant mené de New York à Los Angeles devant des foules de 35 000 personnes! Il s'est d'ailleurs amusé à taquiner la région à quelques reprises pendant la soirée. Pour prouver qu'il est comme tout le monde, il a avoué ne pas dormir dans un palace. «Essayez donc d'en trouver un à La Baie, voir! À Roberval, j'ai couché dans un motel de bord de route. Les draps étaient tellement dégueux que j'ai dormi avec une capote!» Il s'est même permis de traduire «thank you», en français, de peur que les spectateurs ne comprennent pas l'anglais.

Stéphane Rousseau se considère encore trop gentil. La preuve, c'est qu'il ne dit pas la vérité. Il a déjà passé huit ans avec une fille parce qu'il ne lui a pas dit que c'était un «one night» la première fois.

Les spectateurs ont aussi eu droit à une petite visite de Mme Jigger, le temps qu'elle s'en prenne à un «douchebag», à 3h du matin, sur la rue Sainte-Catherine à Montréal.

William Croft

Le musicien de La Baie, William Croft, fait partie de la tournée de Stéphane Rousseau en tant que pianiste. C'est par un pur hasard qu'il s'est retrouvé aux côtés de l'humoriste pour ses tournées québécoise et européenne.

«C'est un hasard de la vie. C'est un de mes amis que je n'avais pas vu depuis une dizaine d'années qui a donné mon nom à Emmanuelle Caplette, une super drummeuse que je ne connaissais que par Internet. Elle était sur le spectacle et cherchait un pianiste», a-t-il expliqué au Progrès-Dimanche une heure avant de monter sur scène, hier.

Les choses se sont tout de suite bien passées avec Stéphane Rousseau, à un point tel qu'il vient de terminer l'enregistrement de l'émission Sur invitation seulement avec l'humoriste et Emmanuelle, notamment.

Ils ont déjà plus de 300 spectacles de fait, dont huit mois de tournée en Europe, et l'aventure devrait se poursuivre pour une autre année. Ils retourneront d'ailleurs en France au mois de novembre.

«C'est vraiment mon plus gros projet d'envergure avec 400 shows au Québec et en France, surtout avec le show de télé. C'est vraiment une grosse porte qui a été ouverte», a exprimé le musicien qui se disait fébrile avant de monter sur scène.

«C'est un mi-homme, mi-golden retriever. Il sort les poubelles et ramène la balle!», a décrit Stéphane Rousseau en parlant de William Croft, qui est célibataire. «Qu'est-ce que t'aimerais, comme relation?»

«N'importe quoi!», a souligné le musicien, ce à quoi Stéphane Rousseau a répondu: «T'es à la bonne place!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer