Pas de presse pour élire un capitaine

Les Saguenéens ont signé des autographes hier à... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Saguenéens ont signé des autographes hier à la Place du Citoyen.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entraîneur-chef Yanick Jean n'est pas pressé de nommer un capitaine en vue de la prochaine saison. Il ne se sent pas non plus obligé de le faire d'ici le premier match de la saison régulière.

«Avec l'expérience, je ne vais pas nommer un capitaine juste parce que j'ai besoin d'en nommer un», annonce sans détour le pilote des Bleus.

L'an dernier, Laurent Dauphin occupait la fonction de capitaine et graduera chez les professionnels, dans l'organisation des Coyotes de Phoenix. Comme successeur, les candidats ne manquent pas, mais le personnel d'entraîneurs des Sags veut se donner le temps de bien les évaluer. Dans ceux qui sont de retour avec l'équipe, Nicolas Roy et le défenseur Frédéric Allard apparaissent comme de bons candidats, mais un des nouveaux visages pourrait également se retrouver avec le ''C'' sur son chandail. L'an dernier, à 17 ans, le défenseur Julien Carignan-Labbé a été nommé assistant-capitaine par l'entraîneur des Voltigeurs de Drummondville, Martin Raymond. Yanick Jean a également dirigé l'attaquant de 19 ans Antoine Marcoux avec les Tigres de Victoriaville et le connaît donc très bien.

À ce propos, le pilote des Bleus est ravi de l'intégration des quelques nouveaux venus dans la formation. En plus de Marcoux et Carignan-Labbé, Yanick Jean a également fait l'acquisition d'Alexandre Jacob et, récemment, du gardien Xavier Potvin, qui sera l'adjoint de Julio Billia. Il concède du même souffle que l'an dernier, le groupe en place n'était pas le plus uni. «On savait quel genre d'individus on allait chercher. Je dois aussi donner le crédit à nos vétérans qui veulent que ça change et qui font pour», de souligner Yanick jean, rappelant que les Sags ont également deux nouveaux joueurs européens, Artem Maltsev et Dmitry Zhukenov.

Avec une dizaine de recrues, les entraîneurs auront beaucoup de pain sur la planche lors des prochains mois. Yanick Jean est conscient que tout ne sera pas toujours parfait, mais quand l'effort sera au rendez-vous, il ne se plaindra pas. «C'est un beau défi d'entraîneurs», annonce-t-il sans hésiter.

«Ils veulent travailler, reprend-il. On a beaucoup de choses à peaufiner, mais par rapport au travail, ça va relativement bien.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer