Le CJE veut aider d'autres Barbara

Le Réseau des carrefours jeunesse-emploi juge primordial de permettre aux... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(JONQUIÈRE) Le Réseau des carrefours jeunesse-emploi juge primordial de permettre aux jeunes d'avoir accès à des services de soutien pour les aider à intégrer le marché du travail ou à acquérir les compétences nécessaires pour envisager la possibilité d'obtenir des emplois de qualité afin de participer activement à la vie en communauté.

Le directeur général de l'organisme, Alexandre Soulières, était de passage dans la région hier pour mousser les positions du regroupement. Le réseau a déposé le 12 août dernier un mémoire au gouvernement du Québec dans lequel il identifie un peu plus d'une trentaine de propositions pour alimenter la future politique jeune du Québec qui doit être adoptée au cours des prochains mois.

Ce service qui s'adresse aux 16 à 35 ans est maintenant bien connu auprès de la clientèle. Chaque année, 5000 jeunes diplômés des trois niveaux d'éducation et des décrocheurs qui veulent reprendre le chemin de l'école ou des jeunes en difficulté cognent à la porte des trois centres de la région pour obtenir des services. Pour bien illustrer l'utilité des centres, les dirigeants du réseau régional avaient invité à la conférence de presse Barbara Girard, une jeune fille de 19 ans de La Baie qui a admis sans aucune réserve qu'elle ne « faisait rien de sa vie ».

« Les gens du centre m'ont expliqué que je pouvais aller au cégep. J'ai décidé de retourner à l'école et je veux être travailleuse sociale. J'ai été très bien accueillie par les personnes du centre et j'ai vécu beaucoup d'expériences et de réussites », a raconté Barbara Girard qui croit que sans le centre, elle serait encore chez elle à regarder la télévision.

« Barbara est un exemple de ce que nous pouvons offrir aux jeunes afin qu'ils puissent espérer obtenir des emplois de qualité. Nous avons présenté 34 recommandations au gouvernement du Québec qui s'inscrivent dans la persévérance scolaire, les saines habitudes de vie, l'importance de s'impliquer bénévolement et finalement, l'intégration à la société par un travail sans oublier l'accompagnement pour ceux qui aspirent à devenir des entrepreneurs », reprend le directeur du réseau provincial.

En plus d'accueillir les jeunes et de leur offrir des services spécialisés, les carrefours offrent autre chose à la clientèle. Alexandre Soulières signale que des carrefours deviennent rapidement des milieux de vie pour les jeunes qui veulent réaliser des projets et ce, peu importe leur statut.

Dans la région, les trois carrefours ont eu droit à des augmentations de budget lors de la dernière période de compressions du gouvernement du Québec. Cette augmentation a été justifiée par le marché de l'emploi anémique du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Au Québec, les carrefours disposent d'un budget global de 45 M$ et selon les statistiques, réussissent à aider un jeune sur quatre.

ltremblay@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer