Festival des vins de Saguenay

La rue Racine rouge de monde

Les visiteurs s'agglutinaient sur la rue Racine tôt... (Photo le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les visiteurs s'agglutinaient sur la rue Racine tôt en soirée pour profiter de la cinquantaine d'exposants présents sur le site.

Photo le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Le beau temps et l'immense foule présente hier au Festival des vins de Saguenay sont de bons présages pour l'organisateur Charles Boudreault, qui vise un objectif de 35 000 à 40 000 visiteurs d'ici ce soir pour cette neuvième édition.

Il était seulement 18h lors du passage du Quotidien et déjà, les festivaliers en quête de découvertes épicuriennes s'agglutinaient sur la rue Racine pour profiter de la cinquantaine d'exposants sur place. «D'habitude à cette heure-là, il n'y a pas autant de monde. Attendez qu'il soit 20h, ce ne sera pas beau!» plaisante le porte-parole Philippe Lapeyrie.

Le sommelier se promenait dans la foule et répondait aux questions du public en compagnie des animateurs Richard Turcotte et Ève-Marie Lortie. D'ailleurs, les trois comparses ont présenté une conférence au nouvel espace La Boîte à vin, un moment parfait pour parler des meilleures bouteilles qu'ils ont dégustées ensemble.

Selon M. Lapeyrie, ces rencontres avec plusieurs experts sont un incontournable cette année. Par exemple, on y entend des vignerons parler d'aération du vin et de qualité des verres. «Un verre plus technique peut améliorer de 30% votre dégustation de vin», a mentionné sur l'estrade Laurent Miquel, du Clos des fées et du Domaine Cazal-Viel.

Aujourd'hui, le maître sommelier Jacques Orhon et le créateur d'harmonies François Chartier, qui possède sa propre gamme de vins, prendront la parole à La Boîte à vin. «Piquez une jasette avec eux, recommande Philippe Lapeyrie. On est vraiment chanceux de les avoir!»

Certains font le voyage depuis l'Italie et la France pour participer au festival, comme le directeur commercial de l'Union des caves du Médoc Jacques Tachou. Il représente des petits viticulteurs qui se sont associés pour réduire les coûts assez élevés de la production de vin et en a profité pour visiter la région.

«Le festival est vraiment sympathique», commente-t-il, de retour d'une escale au Lac-Saint-Jean, où il a bien remarqué que les bleuets peuvent aussi servir à la fabrication d'alcool.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer