Répondre aux besoins de 2015

Nouveautés pour les Pères trappistes

Ce chocolatier et ce moine ont déniché des... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Ce chocolatier et ce moine ont déniché des bleuets frais pour déguster le fameux chocolat aux bleuets.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Pour répondre à l'affluence touristique estivale, la Chocolaterie des Pères trappistes de Dolbeau-Mistassini a aménagé des panneaux d'interprétation et un jeu-questionnaire instructif pour répondre à la curiosité des visiteurs.

Les moines et la direction de la chocolaterie n'avaient pas le choix de s'adapter à cette nouvelle réalité. L'an dernier, 5000 personnes ont visité le monastère et la chocolaterie sans qu'il n'y ait eu de publicité.

«Ce n'est pas dans la mission des moines d'être des guides touristiques, mais dans ses préceptes, Saint-Benoît parlait au VIe siècle de l'importance de l'accueil. Le défi était de répondre aux besoins des touristes tout en respectant la tranquillité et la quiétude de la vie monastique. Je pense que nous y sommes parvenus», a indiqué le père Clément Charbonneau, hier, lors d'une conférence de presse annonçant ces nouveautés. C'est une somme de 70 000$ qui a été investie pour réaliser 17 panneaux d'interprétation, dont huit touchent l'aspect monastique, ainsi qu'un jeu-questionnaire ludique, des panneaux de signalisation routière et une vidéo démontrant le travail semi-artisanal de la chocolaterie. De plus, les investissements de 1,5 M$ réalisés en 2014 pour refaire la ligne de production, ajouter des équipements pour la fabrication des chocolats et l'agrandissement de la bâtisse permettent aux visiteurs de voir par une fenêtre une partie de la production.

Évidemment, pour des raisons de salubrité, il est impossible de visiter la chocolaterie et ainsi découvrir le fameux secret du chocolat aux bleuets. Par contre, il est possible d'en acheter sur place comme les autres produits des pères et des produits du terroir de la MRC.

Cette chocolaterie est devenue un véritable emblème pour le bleuet et Dolbeau-Mistassini, a souligné le directeur général Dominic Genest. La chocolaterie ne fournit pas à la demande malgré plus de 100 000 boîtes vendues l'an dernier. Hier, petit miracle, les chocolatiers ont réussi à faire une petite quantité de bleuets enrobés de chocolat. Un producteur d'Albanel a déjà quelques fruits mûrs.

La chocolaterie et le monastère cadrent dans deux tendances importantes en tourisme soit celui gourmand, d'apprentissage et authentique. «Pour certains le moine semble être une figure du passé, figé dans le temps. Or, la communauté de Notre-Dame-de-Mistassini a une grande tradition d'innovation depuis sa présence ici. On le fait encore avec ces nouveautés. On contribue à l'offre touristique du secteur et aussi à l'activité économique avec notre chocolaterie», a relevé le père Charbonneau. En effet, l'information véhiculée sur les panneaux d'interprétation permet d'en savoir plus sur le rôle important de ces bâtisseurs de Dolbeau-Mistassini.

L'achalandage double

Un projet impossible sans la réceptivité des moines. «C'est vraiment agréable de travailler avec ces personnes ouvertes d'esprit qui n'ont pas peur des défis. On s'est aperçu qu'il fallait ajouter des éléments pour répondre à la demande, car l'achalandage a doublé en un an. Ils ont accepté nos propositions comme aussi de moderniser les installations de la chocolaterie. C'est tout à leur honneur», a salué Dominic Genest. Ce dernier ne veut pas avancer de chiffre d'achalandage pour cette année, mais il pense dépasser les 5000 de l'an dernier.

Cette popularité conforte les élus de Maria-Chapdelaine sur l'importance de miser sur le bleuet et l'héritage des pères pour attirer davantage de touristes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer