Entente dans la Ligue magnus pour le Brunois

Ouellet aboutit à Brest

Christian Ouellet fera le saut en France l'an... (Photo le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Christian Ouellet fera le saut en France l'an prochain. Il portera les couleurs des Albatros de Brest, dans la Ligue Magnus.

Photo le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après trois ans aux États-Unis dans la ECHL, le Brunois Christian Ouellet se tourne officiellement vers l'Europe, plus précisément en France dans la Ligue Magnus. Le joueur de 23 ans a accepté l'offre des Albatros de Brest avec lesquels il rejoindra ses amis Mathieu Gagnon et Alexandre Quesnel.

Les trois joueurs, qui feront leurs débuts en Europe, ont évolué ensemble pendant quelques saisons avec les Olympiques de Gatineau alors que Gagnon et Ouellet ont passé une demi-saison avec les Saguenéens pour atteindre la demi-finale en 2012. Ils tenteront de relancer une formation qui a pris la 12e place la saison dernière. «On m'a dit que j'aurais la chance de jouer avec Alex sur le même trio. Je l'ai déjà fait à Gatineau et on avait une belle complicité. Je suis content de ce qui arrive», de commenter l'ailier qui s'envolera dans un mois en direction de Brest.

Au terme de sa dernière saison, où il a peu été utilisé en séries par les Komets de Fort Wayne, Christian Ouellet désirait prendre son temps et regarder toutes ses options, y compris de l'autre côté de l'océan Atlantique. Il avait notamment eu des discussions avec l'entraîneur de Brest, Sébastien Oprandi, mais n'était pas prêt à signer à ce moment. Comme il n'avait pas de développement, il lui a réécrit il y a deux semaines, mais finalement, l'alignement était complet. Après un entraînement en début de semaine, il avait un message pour lui signifier qu'une place s'était libérée avec le départ d'un des joueurs de l'équipe, Nicholas Pard. «Ça n'a pas été long», relate Christian Ouellet, très heureux de la conclusion de l'histoire.

«Je trouvais ça quand même stressant. Un moment donné, j'avais une offre et j'ai décidé de la prendre. Je ne voulais pas niaiser. J'aurais pu passer une autre année en Amérique du Nord, mais je pense que j'avais besoin de changement et voir autre chose. Je vais peut-être commencer une nouvelle carrière et avoir du succès là-bas. Il y a beaucoup de grosses ligues en Europe», souligne Christian Ouellet.

Le joueur originaire de Saint-Bruno avait déjà eu des discussions avec l'équipe de Brest l'an dernier, mais avait décidé de retourner dans la ECHL pour une troisième année. Avec un contrat à un volet, il était toutefois conscient que ses chances de graduer dans la Ligue américaine étaient faibles. Il pense que les conditions et le calibre en France, avec un style axé sur la possession de rondelle, devraient bien lui convenir.

«C'est la ligue Magnus, un circuit assez réputé. L'an dernier, Éric Chouinard et d'autres gros joueurs évoluaient dans cette ligue qui a haussé de calibre. Ce sera la même chose la saison prochaine. C'est de plus en plus compétitif. Les équipes n'acceptent plus vraiment la défaite et essaient de signer les meilleurs joueurs pour former de meilleures formations, indique Christian Ouellet. Ce que je veux, c'est de me lever le matin et être content d'où je suis et ce que je fais. C'est de même que je le vois. Je suis conscient que j'ai l'un des plus beaux emplois au monde et j'en profite.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer