• Le Quotidien 
  • > Relais pour la vie: une décennie de succès 

Relais pour la vie: une décennie de succès

La présidente du Relais, Lise Duchesne, la marcheuse... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La présidente du Relais, Lise Duchesne, la marcheuse Lise Laforge et la survivante Christiane Nepton s'impliquent dans le relais depuis la première édition, il y a 10 ans.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

En 2006, 200 Almatois marchaient sur une glace intérieure. Près de 40 000$ avaient été récoltés, sous la présidence d'honneur de Mario Tremblay. Dix ans plus tard, le Relais pour la vie permet d'amasser annuellement plus de 300 000$ et accueille des milliers de marcheurs, survivants et bénévoles.

L'édition almatoise peut se vanter d'être l'une des prolifiques au Québec, au prorata de la population. En effet, les sommes amassées représentent 10$ par citoyen. En 10 ans, environ 2,2 millions$ ont été remis à la Société canadienne du cancer.

«On ne pensait jamais que ça allait devenir aussi gros», lance d'emblée la survivante Christiane Nepton, pour qui la première édition a été en quelque sorte organisée.

En plein traitement pour son cancer du sein, un proche lui propose de mettre sur pied une version almatoise du Relais pour la vie. Elle accepte d'y participer en tant que survivante et convainc sa bonne amie Lise Duchesne de la suivre dans cette aventure. 10 ans plus tard, Mme Nepton marche toujours pour la cause et son amie, Lise, est maintenant à la tête de l'organisation depuis 5 ans.

«On est chanceux, car les gens donnent ici. Ils sont généreux. On a lancé il y a quelques années l'idée d'ambassadeur pour les gens d'affaires qui voulaient donner, mais qui n'avaient pas le temps de marcher. C'est 1000$ par personne. Au départ, je visais trois entrepreneurs. Aujourd'hui, ils sont 63 ambassadeurs. Je suis encore renversée de ce résultat», exprime la présidente du Relais, toujours étonnée de voir autant de bénévoles prêts à donner de leur temps pour cet événement.

Lise Laforge, l'une des marcheuses de première heure du relais, se rappelle aussi des débuts avec émotions. Plus de gens participent à l'événement, se réjouit-elle, mais malheureusement, de plus en plus de chandails jaunes, portés par les survivants, se font voir sur le site.

«J'ai toujours des frissons en voyant la quantité de personnes habillées jaunes sur le site. Et je ne veux pas voir que du jaune. C'est pour ça qu'il faut continuer à marcher. C'est pour ça que je reviens chaque année. Il faut lutter», plaide la dame.

Les résultats finaux de la collecte de fonds seront connus aujourd'hui, après les 12 heures de marche à relais. L'organisation almatoise avait fixé l'objectif à 330 000$.

Généreuse Georgia Fumanti

Après avoir offert un spectacle-bénéfice au profit du Relais pour la vie, en avril dernier à la salle Michel Côté, Georgia Fumanti a chanté pour les survivants, hier soir, sur les Plaines vertes d'Alma. Visiblement touchée par la cause, la soprano d'origine italienne tenait à être présente pour cet événement.

«Si je peux partager ma passion, mon coeur, ma voix pour une cause aussi importante, ça me fait un grand plaisir. On vit tous des hauts et des bas dans la vie. Je suis maman pour la deuxième fois depuis peu et ça me procure des moments magnifiques. Mais j'ai vécu aussi des temps plus difficiles. Donc si on peut s'aider les uns les autres, il faut le faire», insiste Mme Fumanti.

La musique, le chant, c'est un baume pour le coeur, estime la soprano qui demeure désormais à Montréal.

«Le chant, c'est prier, c'est se ressourcer. J'écoute de la musique dans la joie et aussi dans les peines. Ça peut faire du bien à des gens», mentionne-t-elle, quelques heures avant de monter sur scène pour le plaisir des marcheurs et survivants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer