Le policier Cinq-Mars acquitté

Claude Cinq-Mars et son épouse ont accueilli avec... (Photo le Quotidien Louis Potvin)

Agrandir

Claude Cinq-Mars et son épouse ont accueilli avec émotion le verdict du juge Pierre Simard. Le policier est acquitté.

Photo le Quotidien Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

Le policier de Roberval Claude Cinq-Mars est acquitté des accusations d'abus de confiance et d'entrave à la justice qui pesaient contre lui.

Le verdict rendu hier au Palais de justice de Roberval par le juge Pierre Simard est sans équivoque. Il n'a pas cru les témoignages prononcés pendant le procès par des criminels notoires. «Déclarer Claude Cinq-Mars coupable, reviendrait à donner de la crédibilité aux témoignages d'Éric Desgagnés et de Sébastien Tremblay. L'ensemble de la preuve ne me permet pas de conclure que ces deux individus sont corroborés sur des éléments suffisamment importants et leur seul témoignage ne permet pas à mon avis de conclure hors de tout doute raisonnable à la culpabilité du défendeur», a-t-il lu avant d'acquitter Claude Cinq-Mars.

Le policier a poussé un profond soupir de soulagement tandis que sa femme présente dans la salle d'audience éclatait en sanglots dans les bras de ses enfants. Ce verdict représente l'aboutissement de quatre ans de procédures qui ont terni la réputation de Cinq-Mars.

Ne voulant pas donner d'entrevue aux médias à sa sortie, il a lancé; «Je suis très heureux du dénouement et que justice ait été rendue», en quittant rapidement les lieux.

Un de ses avocats Martin Duquette a confirmé le soulagement de son client. «C'est certain que c'est une étape de franchie. Il est satisfait et soulagé et il peut mettre une croix sur ce procès et là sa vie continue», a-t-il déclaré. «On n'a pas à être surpris du jugement. Ça aurait pu être d'un côté ou de l'autre. Nous ne sommes pas dans la tête du juge. Il a écouté les témoins et il a pris ça décision jamais on ne part avec l'idée qu'on va gagner un procès.»

Reste à savoir maintenant si Claude Cinq-Mars pourra retrouver son emploi de policier. Il a été suspendu pendant toutes les procédures et touchait la moitié de son salaire. Il s'agit d'un dossier de discipline qui devra être plaidé par son syndicat, a signalé son autre avocat Philip Schneider.

Imprudent

Le juge Simard a tout de même lancé un avertissement à Cinq-Mars en indiquant que d'avoir transigé pour de la vente de bois, d'un VTT et d'un pare-brise avec un criminel n'était pas une excellente idée. «Ces transactions amènent inévitablement une promiscuité entre les deux individus dont l'un est un représentant de l'ordre et l'autre un homme criminalisé. Je ne me prononcerai pas sur l'aspect déontologique du comportement: cela revient à d'autres instances. Cependant, le caractère imprudent des transactions et des rencontres ne constituent pas nécessairement une preuve de la commission d'une entrave ou d'un abus de confiance. Elles peuvent créer des soupçons, mais ne constituent pas une preuve», explique-t-il dans son jugement.

La poursuite n'a donc pas démontré que le policier aurait alerté un réseau de trafiquants qu'ils faisaient l'objet d'une enquête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer