• Le Quotidien 
  • > Affaire Bernard Noël: le maire n'a rien à cacher 

Affaire Bernard Noël: le maire n'a rien à cacher

Le maire de Saguenay Jean Tremblay... (ARCHIVES LE QUOTIDIEN, JEANNOT LÉVESQUE)

Agrandir

Le maire de Saguenay Jean Tremblay

ARCHIVES LE QUOTIDIEN, JEANNOT LÉVESQUE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean Tremblay n'est pas de bonne humeur. Il n'a absolument rien à cacher et est indisposé par la volonté du conseiller Bernard Noël de ne pas vouloir dévoiler les détails entourant son voyage à Nice.

En début de soirée, le maire de Saguenay a contacté Le Quotidien afin de réagir à la décision de la Commission municipale du Québec autorisant les médias à rapporter tout ce qui se dira lors des audiences touchant le conseiller municipal.

Le maire a fait part de son malaise devant cette apparence de vouloir faire des cachotteries reliées à cet événement de juillet 2013, alors que le conseiller Noël s'est rendu en France pour une étape de la mythique compétition du Tour de France.

Jean Tremblay n'apprécie pas être associé à toute cette affaire. Il estime que toute cette histoire tend à démontrer qu'il est derrière son conseiller municipal et qu'il ne veut pas que les détails liés au voyage soient révélés.

«Il ne faudrait pas oublier que c'est moi qui ai porté plainte en premier, car je voulais que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Je n'ai absolument rien à cacher. Je veux que tout soit connu. Et si Bernard Noël veut que des choses demeurent confidentielles, c'est son affaire, mais ce n'est pas mon cas», a lancé le maire Tremblay lors de l'entretien.

«Je ne suis pas assez cave, pas assez fou pour autoriser un voyage en Europe à un conseiller municipal et en plus à sa femme et à sa fille avec l'argent des contribuables. Ce n'est pas mon style, surtout que je surveille le plus possible les dépenses qui se font à la ville», poursuit le maire.

Ce dernier rappelle qu'il ne voulait pas que les médias rapportent des oui-dires de gens qui ne sont pas au courant du dossier et qui ont laissé voir qu'il était au courant de ce voyage et qu'il estimait qu'il s'agissait d'un cadeau pour les services rendus par le conseiller au fil des années.

«Si Bernard Noël ou un autre conseiller municipal a fait une erreur, c'est à lui de payer pour. Je ne dis pas qu'il veut cacher des choses ou qu'il a tort, mais moi ce que je veux, c'est que l'on fasse la lumière sur le dossier», a conclu le maire de Saguenay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer