• Le Quotidien 
  • Kermess: un avant-goût à Saint-Honoré 

Kermess: un avant-goût à Saint-Honoré

Voici quelques personnages que le public découvrira dans... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Voici quelques personnages que le public découvrira dans Kermess, une création du Théâtre La Rubrique. Il s'agit de Prudent Landry et Victor Delamarre, ainsi que du chef cuisinier au look vaguement inquiétant. Ils sont accompagnés de quelques artisans du spectacle: Benoit Lagrandeur, Martin Giguère, Dany Lefrançois et Éric Chalifour.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Les gens qui se pointeront au festival Saint-Honoré dans l'Vent, le 13 juin à 13h30, auront le privilège d'assister à la première de Kermess, un spectacle de marionnettes destiné à toute la famille. Produit par le Théâtre La Rubrique, il constituera la première manifestation tangible de la renaissance du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay (FIAMS).

Écrit par Martin Giguère, qui assumera le rôle de maître de piste, le texte ramènera à la vie quelques personnages légendaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des gens comme Ricardo l'homme-mouche, Prudent Landry, Alexis le Trotteur, Victor Delamarre et une créature intrigante, la Vénus de Saint-Ludger-de-Milot. Des jeux traditionnels dans le contexte d'une kermesse, notamment les pommes dans l'eau qu'il faut croquer sans utiliser sa main, font aussi partie du programme.

«Puisque le festival aura lieu pendant les vacances (du 21 au 26 juillet), nous voulons attirer les touristes avec ce clin d'oeil à l'histoire de la région», a souligné Élisabeth Gaudreault, responsable des communications et du marketing à La Rubrique, lors d'une entrevue réalisée jeudi. Cinq représentations auront lieu pendant l'événement, en effet. Tenues au Parc de la Rivière-aux-Sables, elles s'inscriront dans le droit fil des sorties effectuées dans les semaines précédentes.

Démystifier la marionnette

Trois chapiteaux abriteront les décors, ainsi que les superbes marionnettes conçues par Serge Lapierre et manipulées par Caroline Tremblay, de même que Patrick Simard. Il y en a de toutes les tailles et de tous les genres, du minuscule Ricardo, aussi joli qu'attendrissant, au chef cuisinier surdimensionné dont les moustaches tombantes évoquent le souvenir du chef Groleau, le Paul Bocuse du crastillon.

«En montrant toutes ces sortes de marionnettes, on souhaite démystifier cet univers. Le public, qui sera tout près des manipulateurs, verra comment ils travaillent», fait valoir Benoit Lagrandeur, directeur artistique du festival en compagnie de Dany Lefrançois. Au fil des huit numéros qui seront exécutés, ce qui durera environ 45 minutes, le public se promènera d'un chapiteau à l'autre. Le nombre de spectateurs jouera autour de 50.

«On désire créer un rapport de proximité, faire vivre aux gens une expérience immersive», note Dany Lefrançois. Le contraste avec le spectacle extérieur livré il y a trois ans, lequel avait pesé sur les finances du festival en raison des fonds investis dans la confection d'un dragon mécanisé, fait aussi partie de l'équation. Benoit Lagrandeur parle d'un symbole, celui d'un nouveau départ sur des bases différentes, mais dans un esprit de continuité.

«C'est fait pour être joué dans les parcs, y compris dans les fêtes de quartier, puisqu'on n'a pas besoin d'électricité pour présenter le spectacle. C'est dans cette optique qu'on a simplifié le dispositif scénique», rapporte le metteur en scène Éric Chalifour. Précisant que 14 épisodes ont été écrits par Martin Giguère, il laisse entendre que la carrière de Kermess ne durera pas que le temps d'un été.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer