Neuf nouveaux looks à l'école NDR

Après quelques coups de rasoir et de ciseaux,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau)

Agrandir

Après quelques coups de rasoir et de ciseaux, les jeunes étaient fiers de remettre une somme de 2400$ à Jonathan Bergeron, chargé de projets pour Leucan.

Photo Le Progrès-Dimanche, Mélissa Viau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélissa Viau
Le Quotidien

Neuf élèves de l'école Notre-Dame-du-Rosaire de Chicoutimi-Nord ont participé au Défi têtes rasées en mettant leur propre tête à prix pour amasser des dons pour Leucan.

Six se sont fait raser alors que trois se sont fait couper la couette en vue d'en faire des perruques. Les nouveaux looks ont été dévoilés devant une centaine d'invités le 22 mai dernier lors d'un souper spaghetti qui a eu lieu au gymnase de l'école.

L'instigatrice de ce défi est Léann Bouchard, une élève de cinquième année. «Quand j'ai proposé ça, et que huit de mes amis ont voulu embarquer avec moi, j'ai trouvé l'aventure un peu grande. Je devais trouver un adulte pour parrainer le projet. C'est alors que nous avons demandé à madame Julie de nous aider», explique Léann. Julie Villeneuve, enseignante en cinquième année, a accepté la demande sans trop savoir tout le travail qui l'attendait! Lors du souper spaghetti, heureusement que plusieurs de ses collègues lui ont prêté main-forte. Une équipe d'élèves accueillait les invités pendant que d'autres servaient les breuvages. De plus, 11 élèves ont assuré le service du repas aux tables.

«Les enfants n'ont pas fait ça pour soutenir un de leur proche malade. Ils l'ont fait pour souligner leur bien-être», souligne la directrice de l'école, France Tremblay, qui était très émue par ce geste de conscience.

Pendant la soirée, tout le monde était fier d'accueillir Jonathan Bergeron, chargé de projets pour Leucan. Monsieur Jonathan aide à la logistique des différentes campagnes de financement. «Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean aide présentement 48 familles ayant un enfant malade. Comme ce sont tous les membres de la famille qui sont touchés par cette épreuve, nous aidons sur plusieurs aspects en offrant, par exemple, du soutien psychologique, des cartes d'essences», explique le dynamique porte-parole.

Dernièrement, grâce à Leucan, un petit garçon malade, qui refusait d'aller à ses traitements, a reçu la visite d'une intervenante en zoothérapie. La présence d'animaux a eu raison de transformer la vision de l'enfant qui voyait d'un tout autre angle ses rendez-vous à l'hôpital!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer