Invitation au camp de nudistes!

Roum dum dum wa la dou c'est le temps des vacances! (Photo courtosie)

Agrandir

Photo courtosie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Bouchard
Le Quotidien

Roum dum dum wa la dou c'est le temps des vacances!

Enfin, les chauds rayons du soleil rendent mon nez picoté, le vent doux et enveloppant caresse mes cheveux, les oiseaux me sifflent leur solfège, mon humeur est à son apogée et JAMAIS, m'entendez-vous, JAMAIS je ne dirai il fait ben chaud... c'est une presque-promesse! L'été est arrivé et qui dit été, dit aussi réservations de vacances!

Quel est votre plan de match pour juillet? , ai-je demandé à une connaissance. Cette année, on voulait faire changement. On a alors réservé dans un camp de nudistes! Ça vous tente? Je dois l'avouer, ma mâchoire a bien failli se décrocher. Non pas par jugement, mais plutôt par étonnement. Merci pour l'invitation, peut être une autre fois! Je n'ose même pas imaginer la tête de chéri d'amour devant une pareille suggestion!

Cette invitation, hors du commun, a eu pour effet de stimuler mon collimateur de sexologue. Explorons ensemble l'univers du tout nu!

Préalablement, mes recherches m'ont amené à faire la distinction entre nudisme et naturisme. À part le fait d'être à poils et de n'avoir rien à voir avec l'exhibitionnisme ou le voyeurisme, les différences sont majeures. Le premier consiste, grosso modo, à se dévêtir par confort, bien-être ou besoin sans toutefois porter un message précis. Le second courant, par contre, utilise la nudité par respect de la nature, de l'environnement, de soi-même et pour revenir à une simplicité intéressante ne dictant aucune norme vestimentaire précise ni artifice. Être libres, voilà tout! D'autres se dévêtissent également par souci de revendication ou encore dans le but de crier haut et fort une conviction à laquelle ils croient. Se rendre à une manifestation, «topless», peut effectivement aider à attirer l'attention, surtout quand on est de sexe féminin!

Voyons de plus près le camp de nudistes. Tel que mentionné ci-dessus, certains individus éprouvent effectivement un confort à être nu. Bien qu'ils se dévêtissent toute l'année durant à la maison, de pouvoir le faire en groupe et en lieu public les satisfait grandement. Tous le mentionnent, on oublie vite qu'on est tout nu! De plus, d'être en habit d'Adam et Ève peut certainement amener un sentiment d'égalité au sein d'un groupe social. Exit les conventions, les premières impressions souvent biaisées par un accoutrement ou par les façades relatives au look dernier cri, une fois nu, on ne peut pas faire semblant, on peut juste être vrai! Il y a aussi l'acceptation de soi. Il faut être affirmé et en accord avec son corps pour le dévoiler au grand jour. Être capable de passer outre ses complexes aident certainement à renforcer sa confiance en soi et faire fi des défauts physiques des autres.

Toute une gang de vicieux, penseront quelques-uns. Bien que la plupart des adeptes de nudisme désexualisent le fait d'être nu, il est impossible de supposer qu'il en est ainsi pour tout le monde. Quelques-uns veulent se rincer l'oeil, peut être. Mais, qui dit exposition dit spectateurs, il n'y a donc pas lieu de s'enfarger dans les fleurs du tapis! Pour le reste n'ayez crainte, pour avoir consulté différentes fiches réglementaires de quelques camps de nudistes et/ou naturistes, je peux vous certifier qu'un code est réellement bien établi, pour la plupart, de façon à éloigner ceux pour qui nudité est synonyme de sexualité. Les personnes seules sont souvent proscrites, les allusions et les agissements à caractères sexuels sont interdits et les propriétaires se gardent le droit d'évacuer tout individu ayant un comportement inadéquat. Femmes écartillées et hommes au garde-à-vous, pensez à autre chose, sinon, bye-bye!

Finalement pas si pire que ça les camps de nudistes ne trouvez-vous pas? Passer les vacances tout nu est une expérience en soi. Être à la fois vulnérable de par sa nudité et paré mentalement à foncer me semble être un paradoxe plus qu'intéressant. Bien sûr, mon portrait porte sur de la théorie et non pas sur une expérience de terrain montrant, possiblement, que le beau. Est-ce que ça se passe autrement? Il faudra y aller pour le savoir. Êtes-vous assez braves? Pas moi!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer