Roulez à la file indienne

Elliott Doyle (maillot orange) a convenu avec les... (Photo courtoisie)

Agrandir

Elliott Doyle (maillot orange) a convenu avec les dirigeants de l'équipe Silber Pro Cycling qu'il est préférable pour lui de ne pas participer au Grand Prix cycliste de Saguenay.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Chers cyclistes, c'est toujours un plaisir de vous croiser sur les routes, que vous soyez sur une piste cyclable ou sur l'accotement, même quand l'accotement se résume à une ligne blanche comme sur le boulevard Talbot ou dans les rangs de la région.

région.Je vous trouve beaux et je vous trouve chanceux, je ne pédale pas autant que je voudrais par les temps qui courent, je suis un peu jaloux. La semaine dernière j'ai croisé pas moins d'une centaine de cyclistes en me dirigeant au Lac-Saint-Jean et je songeais à Pierre Lavoie et à tout ce qu'il a fait pour populariser le vélo. Il y a un peu de lui dans cet élan populaire pour le cyclisme.

Soyez sans crainte quand je vous suis ou quand je vous dépasse, je prends toujours soin de vous protéger, je ralentis et je me tasse sur la ligne jaune pour vous laisser de l'espace. Sur Talbot, souvent j'adapte ma vitesse à la vôtre pour vous servir de protection quand il y a du trafic. Les automobilistes derrière moi s'impatientent, mais je ne cède pas, vous êtes trop vulnérables sur cette artère commerciale.

Cependant, quand je vous vois rouler à deux ou trois de large sur l'accotement, même à deux de large, vous ne vous rendez pas service. Non seulement vous vous mettez en danger, mais je trouve que vous ambitionnez sur le pain béni. Je peux comprendre qu'en absence de trafic vous vous permettiez cette largesse, mais quand les véhicules se pointent, il faudrait rouler à la file indienne, ça doit faire partie des bonnes habitudes de conduites.

Quand deux gros camions de transport roulent côte à côte, sur la 170 par exemple ou que des camions se croisent sur la 169, par exemple les risques de vous faire ramasser sont énormes. Ce sont de bonnes habitudes à prendre, passez-vous le message. En roulant côte à côte vous allez réveiller le côté belliqueux de certains automobilistes et il faudra leur donner raison.

Encore les Nordiques

Si on avait su... Les Nordiques de Québec n'auraient pas été vendus. Si on avait su que l'équipe qui valait 75 millions$ à l'époque aurait valu 500 millions$, 20 ans plus tard, on ne l'aurait pas vendue. Si on n'avait pas vendu les Nordiques de Québec, le Canadien de Montréal n'aurait jamais échangé Patrick Roy à l'équipe de l'autre bout de la 20. Les Nordiques sans Patrick Roy n'auraient pas gagné la coupe Stanley. Si Québecor avait su qu'il serait propriétaire de plusieurs chaînes télévisées de sport, la multinationale aurait peut-être acheté les Nordiques. Si on avait su que le gouvernement du Québec allait un jour allonger de l'argent pour construire un nouvel amphithéâtre sportif, on n'aurait pas vendu les Nordiques. Si on avait su qu'il y aurait un plafond salarial, on n'aurait peut-être pas vendu les Nordiques.

On dirait que les Nordiques de Québec sont au maire Régis Labaume ce que la prière est au maire Jean Tremblay. On commence à être tanné d'entendre les gens de Québec «roter le baloney» sur le départ de cette équipe de hockey. Vous aviez seulement à vous en occuper dans le temps. Que le maire Labeaume revienne commenter la vente de cette équipe des années plus tard ressemble à du radotage.

Si Pierre Karl Péladeau se fait élire premier ministre et que pour corriger les erreurs du passé il décide que le gouvernement du Québec soutiendra financièrement l'achat d'une équipe de hockey de la Ligue nationale pour jouer dans l'aréna qui porte le nom de son entreprise, vous allez encore chialer pour dire qu'il est en conflit d'intérêts. Lâchez-nous un peu avec les Nordiques.

Et non le but d'Alain Côté n'était pas bon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer