La Renouée du Japon: plante ravageuse

La population est invitée à signaler la présence... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

La population est invitée à signaler la présence de colonies de plantes envahissantes en communiquant avec l'Organisme de bassin versant au (418) 973-4321 ou en écrivant à info@obvsaguenay.org.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

L'une des plantes les plus envahissantes de la planète gagne du terrain dans la région. La Renouée du Japon, dont la présence a pris des proportions exponentielles au cours des dernières années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, inquiète les autorités environnementales. Si bien que des ressources sont déployées sur le terrain depuis deux ans afin de recenser la présence de cette véritable peste végétale.

Alors que les adeptes de jardinage s'affairent à enjoliver leurs platebandes en vue de la saison estivale, l'Organisme de bassin versant (OBV) de Saguenay déploie des efforts colossaux de sensibilisation pour éviter que la Renouée du Japon ne continue ses ravages. Bien peu de gens sont au fait du pouvoir dévastateur de cette plante, jolie en apparence, mais tellement agressive et robuste qu'elle prend littéralement le dessus sur tout: la végétation, les berges des cours d'eau, les terrains privés. La Renouée, dont le tronc est résistant et ressemble à une tige de bambou, a été introduite dans la région il y a une cinquantaine d'années. Depuis, elle est intarissable et étouffe la végétation naturelle.

«Nous avons reçu le mandat de sensibiliser la population pour éviter que l'on introduise ces plants-là qui peuvent créer un préjudice important aux écosystèmes, en plus d'avoir un impact considérable sur la qualité de vie des citoyens qui sont pris avec ça», explique Lisane Gamache, chargée de projet pour l'OBV de Saguenay.

La prolifération de la Renouée du Japon peut être néfaste à plusieurs points de vue. Présente en bordure des cours d'eau, elle empêche les animaux de s'abreuver. Sa présence sur les berges peut aussi provoquer des inondations. La Renouée du Japon est si résistante que ses racines peuvent s'enfoncer à plus de deux mètres de profondeur et s'étendre latéralement sur sept mètres. Coriace, elle peut même percer l'asphalte. Le seul moyen de s'en départir est de la brûler. Mais attention, les cendres doivent être examinées avec soin avant qu'elles ne soient jetées puisqu'une minuscule feuille laissée derrière peut faire renaître l'indésirable.

Voir la version complète dans l'édition papier et numérique du Progrès-Dimanche

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer