Les affamés de pouvoir

Le premier ministre du Canada Stephen Harper.... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Le premier ministre du Canada Stephen Harper.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
LE QUOTIDIEN
Le Quotidien

En guise de bonbon électoral, Stephen Harper et son fidèle lieutenant, Denis Lebel, viennent d'annoncer un déblocage de 150 millions de dollars à travers le Canada pour les infrastructures communautaires et culturelles tels les musées, parcs, cénotaphes, etc.

Au Québec, nous aurons droit à plus de 31 millions, mais contrairement aux autres provinces, les villes de la province distincte, comme Saguenay, ne pourront faire une demande de financement.

Seuls les organismes sans but lucratif (OSBL) le pourront. Parce qu'au Québec la loi fait en sorte que le gouvernement fédéral ne peut conclure d'entente directement avec les villes. Ayoye! J'en connais un ici qui va grincer des dents devant ce qu'il qualifiera sans doute d'invasion indue du provincial sur le municipal. Même Promotion-Saguenay est exclu de l'entente parce que ce n'est pas un OSBL.Pour revenir à l'électoralisme sans limites des conservateurs, évidemment, leur but est de saupoudrer la subvention de telle sorte que le maximum d'électeurs sera interpellé. Et quelle meilleure façon de le faire qu'en s'adressant aux communautés tout en montrant son attachement... profond à la culture! De la poudre aux yeux! Seulement, soyons réalistes, quel que soit le parti au pouvoir, ç'a toujours été ainsi. Les conservateurs sont juste plus immoraux que les autres en utilisant cette façon classique et répugnante de marchander la prise du pouvoir avec l'électorat. Pour, ensuite, faire semblant de s'étonner devant le cynisme de cette majorité qui refuse d'aller voter.

Les conservateurs ont toujours agi en balayant sous le tapis d'importantes responsabilités n'ayant rien à voir avec leur réélection.Je pense justement à l'injonction adressée au gouvernement fédéral par la Cour suprême du Canada à l'effet de modifier la loi pour décriminaliser le suicide assisté. De cela, vous n'en entendrez pas parler par les candidats conservateurs d'ici l'élection de l'automne prochain; ou si peu. Ils sont, de toute façon, contre pour la plupart ainsi que la majorité de leurs votants.

C'est loin dans leurs priorités, même si le gouvernement a promis une... «vaaaaaste» consultation à travers le pays.

Les troupes de Harper savent pertinemment qu'elles n'ont rien à perdre en procrastinant là-dessus, quitte à laisser la patate chaude entre les mains d'un adversaire qui pourrait les battre.

Marcel Lapointe

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer