• Le Quotidien 
  • > À partir de quel âge peut-on chialer? 

À partir de quel âge peut-on chialer?

Selon la Ville, les flèches peintes sur la... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Selon la Ville, les flèches peintes sur la chaussée doivent être refaites à chaque année, au coût de 45 000$.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Dimanche dernier, lors du Gala des Olivier, l'humoriste Martin Petit commentait l'opinion d'un jeune de 22 ans qui se disait écoeuré de financer la culture avec ses impôts. L'humoriste s'est mis à faire un peu de dérision en expliquant au gars de 22 ans d'attendre un peu pour prétendre qu'il finance la culture avec ses impôts.

«Tu n'as même pas encore remboursé l'accouchement de ta mère. Nos impôts ont financé ton primaire, ton secondaire, ton cégep et ton université. Commence par rembourser ça avant de dire que tu finances la culture», a répliqué en résumé l'humoriste qui se faisait plaisir à ramasser le commentaire du jeune.

La répartie m'a bien fait rire, mais pour faire du pouce sur les propos de l'humoriste, je me suis demandé à quel âge on pouvait commencer à chialer et à dire qu'on est écoeuré de financer les demandeurs de subventions.

L'accouchement de la mère du garçon coûte environ 3000$. Si on estime que ça coûte environ 30$ par jour à l'état pour la garderie où le jeune y a passé environ 260 jours par année pendant cinq ans, ça nous a coûté environ 39 000$.

Sur le site Immigration, Diversité et Inclusion du gouvernement du Québec on évalue à 3169$ une année à la maternelle alors que chaque année du primaire coûte 5514$ (X6 = 33 084$). Une année au secondaire coûte 6296$ (X5 = 31 480$), au cégep le montant est de 10 762 (X2 = 21 524$) et à l'université une année scolaire coûte 14 150$ (X3 = 42 450$). Un calcul approximatif nous permet d'évaluer que le gars de 22 ans devrait avoir remboursé la somme de 173 707$ avant de commencer à chialer des choses qu'il finance.

Évidemment on parle ici d'une enfance et d'une jeunesse sans faute, sans blessure, sans séjour à l'hôpital et sans études supérieures. On ne comptera pas non plus les pistes cyclables qu'il a utilisées, les routes, les bibliothèques municipales et même le stade olympique.

Supposons que le jeune travaille pour un salaire de 50 000$ par année et qu'il paie environ 11 300$ d'impôt par année, ça va lui prendre environ 15 années de travail pour rembourser ce qu'il nous a coûté. Donc le jeune n'a pas d'affaire à se plaindre avant l'âge de 37 ans, l'âge où il aura remboursé ce qu'il a coûté à l'état depuis sa naissance.

Ben non, les jeunes, vous n'avez pas besoin de rembourser ce qu'on a payé avant de parler. Ce serait moche si Xavier Dolan devait se la fermer ou si Léo Bureau-Blouin était réduit au silence. Même quand vous vous faites entendre avec des casseroles, c'est une douce musique à mes oreilles. Je voulais juste que vous soyez conscient de ce que l'État nous offre à partir de notre naissance.

Il faut juste un peu de maturité avant de dire n'importe quoi. Le financement de la culture génère des retombées économiques importantes partout dans le monde. Le gouvernement du Québec investit plus d'un milliard$ dans la culture par année et génère des revenus de près de 700 millions$. Les dollars investis en culture rapportent plus que dans bien des secteurs d'activités économiques.

La culture génère, pour un même investissement, plus d'emplois (salariés et autonomes) que la foresterie, l'agriculture, les mines et la fabrication du papier.

Moins de lignes

Les élus de Saguenay ont décidé de tracer moins de lignes de circulation sur son territoire. Il ny aura plus de ligne blanche près du trottoir et les flèches seront remplacées par des pancartes installées à chaque feu de circulation. C'est dommage, je trouvais ça beau des nouvelles lignes dans les rues, quand le travail est bien fait, c'était comme le maquillage du printemps, ça faisait propre en plus de faciliter la circulation. C'est vrai que c'était rendu inutile depuis quelques années, car à Saguenay il suffit de suivre les ornières sur la chaussée pour suivre sa voie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer