• Le Quotidien 
  • > Course des Dieux: une fierté légitime 

Course des Dieux: une fierté légitime

Sébastien Renaud (du comité organisateur) et la présidente... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Sébastien Renaud (du comité organisateur) et la présidente d'honneur, la Dre Julie St-Pierre de la Clinique 180, ne peuvent qu'afficher un beau sourire devant le succès de la 2e édition de la course des Dieux. Trois membres de la famille de la Dre St-Pierre, dont son fils Thomas Larochelle, 13 ans, ont pris part au défi.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne St-Pierre
Le Quotidien

Le site du Mont-Fortin a littéralement été pris d'assaut, hier matin, alors que plus de 1000 participants se sont amusés à relever le défi de la 2e édition de la Course des Dieux. Et comme défi, ils en ont eu pour leur argent puisque les organisateurs avaient non seulement préparé un nouveau parcours, mais ils en avaient bonifié le nombre d'obstacles, qui sont passés de 15 à 25, sur une distance de 6,2 km au lieu de 5km l'an dernier. Peu importe, tous les participants rencontrés sur le site arboraient un large sourire et une fierté bien légitime.

Les coureurs étaient de tous âges et de tous horizons. Native de L'Anse-Saint-Jean, Angèle Gagné, âgée de 60 ans, a fait rougir d'envie bien des petites jeunesses! «C'est beaucoup plus exigeant que l'an passé, a commenté la charmante dame, souriante et fraîche comme une rose. Il y a plus de montées et plus d'obstacles, mais c'est le fun. C'est un très bon challenge!

«Ce qui me motive? Relever le défi et vérifier ma forme», a conclu Angèle qui, visiblement, n'avait rien à craindre de ce côté. Comme sa jumelle Angéline Gagné (bien connue dans le monde du vélo de montagne), elle semble avoir été choyée par la nature.

Une autre excellente athlète, Sonia Tremblay, 45 ans, a décidé de relever ce nouveau défi en compagnie de son fils, Alexandre Mergeay, 12 ans. Féru de course à pied, le duo a adoré son expérience «même si je me suis demandé ce que je faisais là», avoue la maman qui a vite été distancée par fiston. «Il fallait monter des poids et moi, j'ai beaucoup de cardio, mais je n'ai pas de force pour lever des poids et monter des cordes. Alors, j'ai fait beaucoup de ''push-up'' (exercice qui doit être fait lorsque l'obstacle à franchir n'est pas complété).» Alexandre, 12 ans et demi, est ravi de cette première expérience. «Ce que j'ai aimé le plus, c'est quand on était dans l'eau. Elle était froide, mais c'était le fun. Et le plus dur, c'est quand il fallait traîner des trucs. Et c'était compliqué parce qu'il y avait plusieurs montées», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer